Toutinfo Bréves

MARCHE SANDAGA : Soham engage la bataille judiciaire

Le Conseil municipal de Dakar, a, à l’unanimité, donné mandat hier, à la mairesse, Soham Wardini d’engager la bataille judiciaire contre le maire de Dakar-Plateau Alioune Ndoye, en vue de préserver le patrimoine de la ville Dakar. 

Le contentieux opposant la Ville de Dakar à la commune de Dakar-Plateau risque de finir devant les tribunaux. Hier, le Conseil municipal de la Ville de Dakar a donné mandat à la mairesse Soham El Wardini, d’engager la bataille judiciaire pour, non seulement défendre le patrimoine de la Ville, mais garder le privilège de réhabiliter le marché Sandaga. A l’unanimité, le conseil municipal a demandé à Soham Wardini d’engager toutes actions utiles en vue de préserver le patrimoine de Dakar abritant le bâtiment principal du marché Sandaga objet du titre foncier N°48 04 Dakar, d’une superficie de 48170 m2 classé patrimoine historique. Cette autorisation fait suite aux explications fournies par Soham Wardini, sur ce contentieux.  

‘’Depuis sa construction, le marché Sandaga n’a jamais sorti de la responsabilité de la ville de Dakar’’

Devant le Conseil, l’édile progressiste a soutenu que l’arrêté 492 du 24 octobre 2014   portant dévolution de l’ex ville de Dakar ne cite pas le marché Sandaga parmi les équipements marchands transférés à la commune de Dakar-Plateau. ‘’Depuis sa construction, le marché Sandaga n’a jamais sorti de la responsabilité de la ville de Dakar. L’Etat des droits réels est au nom de la ville. Le bâtiment appartient à la ville de Dakar’’, a-t-elle fait part aux conseillers. Selon Soham Wardini, le préfet de Dakar a convoqué la commission ad hoc qui n’a pas les prorogatives, encore moins la légitimité sur la question, de prendre un arrêté conférant à la mairie de Dakar-Plateau la marché Sandaga classé patrimoine national. ‘’S’il faut convoquer une commission Ad hoc, il faut d’abord la créer. En conséquence, cette commission instituée pour une période déterminée et arrivée au terme de sa mission depuis 2014, ne peut ni valablement se réunir ni régulièrement statuer en 2020, soit 6 ans après sur la démolition du patrimoine et le redéploiement du personnel de la ville’’, a -t-elle soutenu. ‘’Je n’ai jamais été notifiée du transfert du marché Sandaga à la mairie de Dakar-Plateau’’, a-t-elle renchéri.  

Poursuivant sa séance d’explication, Soham Wardini souligne que dans cette affaire, 3 arrêtés ont été pris le même jour, c’est-à-dire, le 30 juillet 2021, pour accélérer la procédure. ‘’Le fait remarquable est que 3 documents (autorisation de démolition, transfert et approbation) ont été rédigés et approuvés le même jour, le 30 juillet 2021. L’administration n’a jamais été aussi performante’’, note-t-elle.  Non sans préciser qu’en aucun moment de la procédure, la ville de Dakar, dépositaire de ce patrimoine historique classé, n’a jamais été associée. Et c’est là où le bas-blesse, selon elle. ‘’La ville de Dakar n’est pas obnubilée par les taxes. Nous, ce n’est pas le marché ou les recettes qui nous intéressent au niveau du conseil municipal. Ce qui nous intéresse, c’est notre patrimoine que nous devons protéger’’, a précisé Soham Wardini, relevant ainsi que le conseil municipal de Dakar n’a jamais refusé de faire un projet avec la mairie de Dakar-Plateau. A l’en croire, c’est la mairie de Plateau qui ne veut pas que la ville soit dans ce projet. ‘’Comment peut-on construire sur le bien d’autrui. Comment peut-on détruire le bien d’autrui ?’’, rouspète-t-elle devant le conseil municipal dans lequel siège d’ailleurs le maire de Plateau Alioune Ndoye en sa qualité président de la Commission finance.

‘’Nous allons saisir la justice pour que le droit soit dit sur ce contentieux. Nous sommes dans un État de droit’’

Suite aux explications fournies par Soham Wardini, 51 sur les 100 conseillers que compte le conseil municipal de Dakar ont autorisé la marie à engager la batailler judiciaire contre le maire de Dakar-Plateau pour préserver le patrimoine de la ville de Dakar, comme le prévoit l’article 170 du Code des collectivités territoriales. Ramant à contre-courant du conseil municipal, Mbacké Seck du parti Rewmi a demandé au maire de ne suivre les va-t’en guerre et de privilégier la concertation avec le maire Alioune Ndiaye. Sa proposition, appuyée par un autre conseiller, a été mise en minorité par le conseil qui a opté pour la bataille judicaire. Finalement, tous les conseillers ont voté oui. Il y a eu zéro abstention, zéro non. Soham Wardini qui a soutenu avoir initié des concertations avec beaucoup de concessions en vue de régler ce contentieux à l’amiable, a affiché sa détermination à déclencher la bataille judiciaire pour préserver le patrimoine de la ville de Dakar. D’ores et déjà, elle a annoncé que la Ville de Dakar a pris contact avec des avocats qui ont commencé la procédure. ‘’Nous allons saisir la justice pour que le droit soit dit sur ce contentieux. Nous sommes dans un État de droit’’, fulmine-t-elle.

L’info