Toutinfo Bréves

DEFICIT D’ENGRAIS : Moussa Baldé accuse les ICS

Le ministre de la l’Agriculture et de l’Équipement rural, Moussa Baldé n’y est pas allé par quatre chemins pour pointer un doigt accusateur sur les Industries chimiques du Sénégal (ICS), fournisseurs de l’engrais aux paysans qui en demandent en cette période de croissance des cultures. Selon lui, les dysfonctionnements notés dans la distribution des fertilisants chimiques viennent de la faible production de l’entreprise, basée à Mboro. 

‘’Plus de 58% de l’engrais d’arachide et 35 % d’engrais maïs et sorgho convoyés aux agriculteurs’’, a informé le ministre de la l’Agriculture et de l’Équipement rural, Moussa Baldé, invité de RFM matin hier. Pour lui, les dysfonctionnements notés dans la distribution viennent de la faible production des Industries chimiques du Sénégal (ICS).  Dans la foulée, il a reconnu que la cherté des prix du sac d’engrais a augmenté de 15%. En dépit des explications du ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural, les cultivateurs continuent de dénoncer les lenteurs dans la distribution de l’engrais, indispensable pour leur assurer de bonnes récoltes. ‘’Les services du ministère de l’Agriculture ont fini de convoyer vers les zones de production, plus de 58%, voire 60 % d’engrais d’arachide et 35 % d’engrais maïs et sorgho’’, a répété le Pr Baldé, assurant que son ambition est de terminer les opérations de distribution de l’engrais avant fin août. ‘’C’est vrai que par rapport à l’année dernière, nous avions des scores plus élevés, mais nous discutons avec les ICS (Industries chimiques du Sénégal) et les opérateurs pour que l’engrais arrive chez les producteurs avant fin août’’, a indiqué le président du Conseil départemental de Kolda. 

‘’Terminer les opérations de distribution d’ici fin août’’ 

Le ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural a également expliqué que cette distribution d’engrais a commencé par les zones sud, puis centre (Saloum) avant de se poursuivre dans le nord, compte tenu des réalités de la pluviométrie. ‘’L’année dernière, j’ai achevé la distribution de l’engrais maïs et arachide le 31 août. J’ai poursuivi la distribution de l’urée jusqu’au 20 septembre. Mon programme cette année, c’est de terminer d’ici le 31 août la distribution de l’engrais maïs, arachide, etc.’’, a-t-il certifié. Cependant, le Professeur Moussa Baldé a reconnu une conjoncture difficile dans la production d’engrais. ‘’Notre objectif cette année était d’augmenter la fourniture de l’engrais à cinquante mille tonnes. Malheureusement, le coût de la matière première a augmenté à travers le monde. C’est mon budget qui m’a permis de fournir cent cinquante mille tonnes dans le monde rural, sinon on ne pouvait même pas avoir les cent mille tonnes’’, a expliqué le ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural. Selon le Pr Moussa Baldé, le contexte de la pandémie de Covid-19 et l’augmentation du fret ont rendu très cher l’engrais provenant de l’extérieur.  Dans ce contexte, il a dit avoir engagé, au niveau local, des discussions avec les Industries chimiques du Sénégal (ICS) qui produisent l’engrais, de concert avec les producteurs. ‘’Nous avons mené des discussions avec les ICS en association avec des opérateurs pour harmoniser le prix de l’engrais pour cette campagne’’, a, en outre, indiqué le ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural. ‘’Malgré tout, il y a eu des lenteurs’’, a-t-il tout de même reconnu, même si, dit-il, les ICS ont produit presque 30.000 tonnes convoyées vers les producteurs. ‘’Nous travaillons pour produire 10.000 autres tonnes. Nous travaillons à ce que les ICS accélèrent leur production d’engrais’’, a ajouté le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural. 

Parlant de la prévision sur la production agricole qui était de 1,4 million de tonnes l’année dernière, le Pr Moussa Baldé souhaite porter ce rendement à deux millions de tonnes d’arachide cette année. Pour ce qui est de la production de céréales, il table sur 4 millions de tonnes contre 3 millions l’année dernière. 

l’info