Toutinfo Bréves

LIEUTENANT EL HADJI MALICK NIANG : «90 % des accidents sont causés par le facteur humain»

  • mbay thiamdoum
  • août 4, 2021
  • Commentaires fermés sur LIEUTENANT EL HADJI MALICK NIANG : «90 % des accidents sont causés par le facteur humain»

Des janvier à juillet 2021, il y a eu au total 1166 accidents de la circulation, dont 15 mortels. Des accident dus à 90% au facteur humain, selon le patron de la compagnie de circulation du commissariat central de Dakar, le lieutenant El hadji Malick Ndiaye. Il participait, hier, à Dakar, à une rencontre «share fair» sur la sécurité routière, rassemblant tous les acteurs. 

Simple coïncidence ou fruit du hasard. Mais, au moment où le  Fouta pleure ses morts à Dakar  on cogite  sur la sécurité routière. Une réunion que le Commandant de la compagnie de circulation du commissariat central de Dakar, El Hadj Malick Niang,  met à profit pour  faire le bilan des accident  au niveau régional. «De janvier au mois de juillet, 15 accidents mortels sont notés. Pour les accidents corporels, on a dénombré 655 et pour les accidents matériels, ils sont au nombre de 1 166. Donc, on a un total de 1 836»,  a livré Commandant de la compagnie de circulation du commissariat central de Dakar.  Selon commandant Niang «90 % des accidents sont causés par le facteur humain ».  Sur la base de constat, il sensibilise les usagers pour le non-port de casque pour les motos et l’utilisation du téléphone. « Il faut que les usagers soient conscients», a prévenu Commandant de la compagnie de la circulation de Dakar.  Toujours dans sa campagne de sensibilisation  pour éviter la recrudescence des accident, El Hadj Malick Niang a invité les  piétons à prendre les passerelles et les passages piétons dans leurs déplacements. 

Lors de la rencontre les responsables de la sécurité routière ont évoqué la problématique de la circulation des motos deux roues à Dakar. Et à en croire le Capitaine Abdoul Aziz Seck, commandant de l’escadron routier de la légion de gendarmerie Ouest, a soutenu «8/10 des morts lors des accidents routiers sont causées par les scooters». Sans compter les irrégularités, comme l’absence depapiers, le non port de casque. Et sur le cas particulier des «Jakarta», il souligne qu’ils sont interdit de transport à Dakar et qu’ils ont reçu des «instructions fermes». Le Commandant de la compagnie de circulation du commissariat central de Dakar, sera plus explicite. «L’autorité a donné des instructions très fermes même. Cela ne peut pas se passer à Dakar. C’est formellement interdit. S’il s’agit de motos pour des livraisons, oui, il n’y a pas de problème mais pour le transport c’est impossible pour les conducteurs. L’autorité nous a instruits et on mène des opérations pour arrêter ce fléau», a-t-il martelé.

L’info