Toutinfo Bréves

DECES DE SON PRESIDENT : L’Asc Thiossane annonce ne plainte contre l’ODCAV de Pikine

  • mbay thiamdoum
  • août 2, 2021
  • Commentaires fermés sur DECES DE SON PRESIDENT : L’Asc Thiossane annonce ne plainte contre l’ODCAV de Pikine

L’affaire du décès de Samba Sarr risque de connaitre une suite judiciaire. Ses collaborateurs de l’Asc Thiossane qui accise l’ODCAV de Pikine entendent porter plainte contre les dirigeants de l’instance locale du mouvement navétane. 

La mort de Samba Sarr ne passe pas chez ses camarades de club. Et c’est Madiama Dièye, secrétaire général de l’Asc Thiossane qui est monté au front pour porter ouvertement des accusations contre les dirigeants locaux du mouvement navétane, contre qui il entend déposer une plainte. « Samba Sarr est un digne fils de Pikine. C’est un responsable et un grand dirigeant du football pikinois. Ce qui s’est passé, c’est de la faute de ceux qui pensent qu’ils tiennent le football de Pikine alors qu’ils ne tiennent rien. Nous leur tenons responsables Boy Sy et Cie.  C’est ceux qui ont conduit le consensus et les responsables de l’ODCAV, sous l’égide de leur président Amadou Sy. Cette affaire sera élucidée d’une manière ou d’une autre. (…). On va déposer une plainte contre l’ODCAV de Pikine et sa personne morale, Amadou Sy. On va déposer une plainte contre les dirigeants du football, pour que cette affaire soit tirée au clair et qu’on situe les responsabilités », a juré Madiama Dièye. Qui ajoute pour justifier sa plainte : « Ce drame ne peut pas passer par perte et profit. Nous ne pouvons pas accepter que ça se passe, comme ça, sans que l’on ne situe les responsabilités ». 

« Le consensus et l’assemblée générale (de la Fsf) ont tué un homme, un grand monsieur du football »

Revenant sur les faits qui ont conduit au drame, le secrétaire général de l’Asc Thiossane affirme que « le consensus (recherché autour du candidat Me Augustin Senghor) et l’assemblée générale (de la fédération de football) ont tué un homme, un grand monsieur du football… ». A en croire Dièye, tout est parti du renouvellement du district de Pikine que dirigeait le défunt. Convoqué une première fois l’assemblée générale élective avait abouti à la défaite du président sortant, battu d’une seule voix (9 contre 8). Mais, pour Madiama Dièye, il y a eu des manigances qui ont fait que deux représentants de clubs qui devaient voter pour lui, n’ont pas pu voter. Un forfait qu’il met sur le dos de Sy et Cie. Mais, selon le Sg de l’Asc Thiossane, son président en démocrate et légaliste a accepté et a fait un recours. Famara Sarr de l’As Pikine a aussi fait un recours. Et c’est le recours de ce dernier qui a abouti. Mais alors que le premier scrutin a été annulé et qu’une seconde Assemblée générale élective a été convoquée, celle-ci a été annulée au dernier moment, parce que les instances avaient sorti une nouvelle décision, validant le premier scrutin. 

« Il avait une convocation en bonne et due forme, mais on a donné des ordres pour qu’il n’accède pas à la salle… »

Malgré tout, selon Madiama Dièye, Samba Sarr est resté de marbre, et a continué à mener ses activités, jusqu’à ce qu’on convoque les acteurs du football locaux, pour une rencontre avec le président sortant de la Fédération et candidat à sa propre succession, Me Augustin Senghor. Alors que la rencontre concerné spécifiquement les présidents de clubs, Samba Sarr, qui avait «une convocation en bonne et due forme », selon Dièye, s’est vue refuser l’accès à la salle de réunion. « Ils sont allés à la rencontre, lui et Mame Balla Sène de Diappo, parce que quand on dit acteurs du football, c’est surtout les présidents de clubs. Mais, on leur a interdit l’accès. Des ordres ont été donnés aux préposés à la sécurité pour que Samba Sarr n’entre pas, parce qu’il avait des choses à dire. Et sans doute, ce qu’il avait à dire n’arrangeait pas ce consensus. Samba Sarr n’est pas une personne qui se laisse faire. Il ne peut pas rester passif quand on viole ses droits. Il a voulu faire tout pour entrer. Il y a eu un accrochage avec le préposé à la sécurité, à la suite duquel, il a piqué une crise, des suites de laquelle il a succombé. A l’hôpital, on n’a pas pu le réanimer », explique-t-il, non sans souligner que « c’est Boy Sy et Cie qui ont tout manigancé avec les organisateurs de la rencontre, pour que Samba Sarr n’accède pas à la salle». 

L’info