Toutinfo Bréves

ABASS DIALLO, DG DU GROUPE DE VEILLE ET D’ALERTE-IPRES : “Avec Mamadou Racine Sy, les pensions ont augmenté de 114% à 818%”

  • mbay thiamdoum
  • juillet 27, 2021
  • Commentaires fermés sur ABASS DIALLO, DG DU GROUPE DE VEILLE ET D’ALERTE-IPRES : “Avec Mamadou Racine Sy, les pensions ont augmenté de 114% à 818%”

Le Groupe de veille et d’alerte des associations de retraités affiliées à l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (IPRES), face à la presse hier, dans les locaux du Complexe Léopold Sédar Senghor de Pikine, a confirmé les propos du ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, sur l’adoption d’une loi rectificative, à l’Assemblée nationale, concernant l’augmentation des pensions minimales des retraités, après le versement par l’Etat, de l’argent dû à l’IPRES. 

Le calvaire des retraités sera bientôt un mauvais souvenir, étant donné que les pensions minimales connaitront une hausse sous peu. En conférence de presse hier, le Groupe de veille et d’alerte des associations de retraités affiliées à l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (IPRES) rassure leurs camarades pensionnés sur cette décision de l’Etat, suite aux attaques et sorties médiatiques de certains retraités. Selon Mamadou Dia Fall, le président du Groupe de veille, le ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo a pris l’engagement ferme de passer à la vitesse supérieure, en saisissant pour bientôt, l’Assemblée nationale d’une loi rectificative. ‘’Ce ne sont pas des contrevérités. Le Groupe de veille a cette information. Et en même temps, il suit l’affaire. Et si on est arrivé à ce stade actuel, jusqu’à l’adoption de la loi rectificative des finances, c’est grâce à la sagesse, la clairvoyance et le mérite de Mamadou Racine Sy’’, a déclaré Mamadou Dia Fall. Par rapport aux modalités de l’augmentation des pensions des retraités, le président du Groupe de veille précise qu’il appartient au Conseil d’Administration de l’IPRES de les définir. ‘’Le Conseil d’administration va, après consultation de ses différents membres, fixer un taux et le répercuter sur la valeur du point’’, confie-t-il. Avant d’appeler à de larges concertations autour de la question. ‘’J’invite l’ensemble des acteurs, à des discussions constructives autour de la question pour prendre les meilleures décisions’’, formule-t-il.

“Du premier mandat de Mamadou Racine Sy à nos jours, les pensions ont augmenté de 114% à 818%”

Pour sa part, le Secrétaire général du Groupe de veille, Abass Diallo invitent le Conseil d’Administration de l’IPRES à poursuivre ce qu’il a amorcé depuis 2012, c’est-à-dire l’augmentation périodique des pensions à hauteur de 10% en tenant compte bien entendu des deux années écoulées. D’ailleurs, il a fustigé l’attitude de ceux qui font dans la «désinformation» et «l’instrumentalisation», des retraités, en s’attaquant pour des «raisons inavouées» au président du Conseil d’administration de l’Ipres, Mamadou Racine Sy, qui pour lui, a énormément fait pour l’amélioration des pensions et des conditions des retraités. «Du premier mandat de Mamadou Racine Sy à nos jours, les pensions ont augmenté de 114% à 818% ; suivant le nombre de points de chaque allocataire…», affirme Abass Diallo. Qui cogne a nouveau les détracteurs des dirigeants de l’Ipres: “Depuis un certain temps, l’institution de prévoyance retraite et ses dirigeants font l’objet d’assaut répétés… Cet exercice est d’autant plus regrettable de la part des auteurs de ces attaques, qu’en lieu et place d’une certaine objectivité, d’une certaine lucidité, sous-tendue par une démarche en accord avec les dispositions statutaires et règlementaires qui régissent le fonctionnement de l’institution, ils ont opté pour la voie de la fuite en avant, en transformant l’espace associatif de la communauté des pensionnés de l’Ipres, en une cour de récréation, qui laisse à ses occupants, la latitude de se défouler et de se fantasmer au gré de chacun…». Et c’est pourquoi, le groupe de veille a tenu à rétablir la vérité sur la situation à l’Ipres, lavant les dirigeants de l’institution de toutes les accusations dont ils font l’objet, de la part de gens qui pour eux, agissent pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les préoccupations quotidiennes des retraités. 

L’info