Toutinfo Bréves

RAPPORT FORCES COVID 19 : Un taux d’exécution de 74% du budget

Le Comité de suivi des forces Covid 19 a remis son rapport hier au président de la République. Selon son président, le fond alloué à ce comité a été exécuté à hauteur de 74%.

Le programme de résilience économique et sociale, instrument de l’intervention de l’État dans la pandémie, affiche un taux d’exécution de 74%. Selon François Ndiaye, sur l’enveloppe de 773,2 milliards des ressources mobilisées, un montant de 740 milliards de francs CFA a été utilisé. Au-delà de la mobilisation rapide des ressources du fonds, la souplesse des procédures dérogatoires a été un facteur de succès pour la mise en œuvre des ressources. ‘’C’est ainsi que tous les crédits budgétaires nécessaires à la couverture de la totalité des dépenses ont été disponibles. Le comité que j’ai eu l’honneur de présider, a tout le temps, privilégié la concertation pour la définition de la méthodologie à adopter dans la conduite de toutes nos activités‘’, a déclaré le président de comité de suivi forces Covid. 

Exécution de 94,3% des crédits et 105 milliards dépensés dans le senteur de la santé

D’après le résumé du rapport de 213 pages, la prise en charge des couches vulnérables et celles fortement impactées par la crise dont une partie vivant à l’étranger, a permis de constater une exécution des crédits alloués à 94,3%. Quant à la mise en place du filet social, à travers la distribution des kits alimentaires destinés à apporter une assistance à 1,100 millions de ménages, elle a été, d’après le comité, l’une des opérations les plus abouties et les plus complexes, du fait de la multitude des acteurs et des intervenants dans le processus. En outre, le Général Ndiaye a déclaré que l’acquisition des denrées alimentaire a, selon les procédures des marchés appliquées, mis en concurrence une centaine de fournisseurs Sénégalais dont près de la moitié a été attributaire. S’agissant du pilier 1, relatif à la santé, le patron du comité annonce des dépenses de plus de 100 milliards. ‘’Nous avions pu aussi mesurer les interventions dans le cadre du pilier 1, visant le soutien du secteur de la santé, avec une enveloppe initiale de 64,4 milliards de francs CFA. Les dépenses liées à la riposte dans le secteur de la santé ont atteint 105 milliards de francs CFA à la date du 31 mars 2021’’, a-t-il détaillé. Soulignant que ces dépenses ont permis de renforcer les capacités d’accueil, à travers tout le territoire, dans un contexte de gratuité totale des soins aux patients testés positifs à la Covid 19.  S’agissant de la sécurisation et l’approvisionnement régulier du pays en hydrocarbure, produits médicaux, pharmaceutiques et denrées de première nécessité, le comité a, lors de la présentation du rapport, considéré que la situation des stocks a été satisfaisante au cours de la période en revue, malgré la faible capacité des stockages physiques. 

Consultations citoyennes d’un mois sur les dépenses

Hormis la remise dudit rapport, le Comité de suivi forces Covid19 compte organiser une consultation citoyenne au siège du comité du 28 juillet au 28 septembre 2021 pour entretenir les populations de toutes les pièces justificatives des dépenses afférant aux forces covid 19. Ce, avant leur archivage pour d’autres besoins, notamment la création de répertoire de bonne pratique en cas de survenance de pandémie ou crise similaires. En plus, un film documentaire retraçant les activités du comité est disponible. Ce film permettra de mieux comprendre le travail et mesurer les résultats obtenus. ‘’Cette démarche est une preuve que le comité n’a pas agi dans une volonté de dénoncer, mais plutôt dans une obligation de rendre compte, dans le seul souci d’améliorer la conduite des actions en cas de situation de crise, comme il a été le cas lors de cette pandémie’’, a déclaré le Général François Ndiaye. Selon lui, le rapport comporte un certain nombre d’impairs et de recommandations sous forme de matrice soumis à l’appréciation du chef de l’État. Et que malgré ces impairs, le président du comité a estimé que la mise en place de ce dispositif de suivi qui a fini de rassurer tous nos partenaires, était une nécessité au Sénégal. 

L’info