Toutinfo Bréves

DÉBOUTÉ PAR LA COUR D’APPEL DANS L’AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : Sonko se pourvoit en Cassation

  • mbay thiamdoum
  • juillet 15, 2021
  • Commentaires fermés sur DÉBOUTÉ PAR LA COUR D’APPEL DANS L’AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : Sonko se pourvoit en Cassation

La confirmation de l’ordonnance de refus d’informer rendue avant-hier, en première instance, par la Chambre d’accusation de la Cour d’appel dans l’affaire dite des 94 milliards du Tf 1451/R, ne décourage point Ousmane Sonko. Le leader de Pastef a annoncé hier, dans une déclaration, qu’il va poursuivre le combat jusqu’à l’épuisement de la procédure. Ainsi, l’opposant a instruit ses avocats de saisir la Cour de Cassation.

Débouté avant-hier par la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar qui a confirmé l’ordonnance de refus d’informer rendue en première instance, dans l’affaire dite des 94 milliards du Tf 1451/R, l’opposant à l’ex Directeur général des Domaines, Mamadou Mamour Diallo, Ousmane Sonko compte poursuivre le combat jusqu’à l’épuisement de la procédure. ‘’Nous considérons avoir largement rempli notre rôle de citoyen et de vigie dans cette affaire. Toutefois, pour épuiser la procédure, et sans illusion aucune, nous avons demandé à nos avocats de saisir la Cour de Cassation’’, a annoncé le leader de Pastef, dans une déclaration publiée hier. S’adressant aux Sénégalais, il affirme : ‘’le procureur de Macky Sall vous dit qu’il lui est égal que des milliards de vos impôts soient subtilisés par des caciques du régime. Lui est beaucoup plus préoccupé par la traque des opposants à son maître. Le doyen des juges et la chambre d’accusation vous disent que oui, certainement il y a eu escroquerie, mais il ne revient pas à Ousmane Sonko, citoyen sénégalais et député représentant du peuple de le dénoncer : “xaalisu rewmi la yonam nekku ci”. Montrant à quoi une partie importante de notre justice est réduite, Ousmane Sonko se dit triste pour tous ‘’ces magistrats encore debout et fiers qui souffrent, plus que tous, de ce spectacle désolant de soumission volontaire à l’exécutif’’. Faisant la genèse de cette procédure qu’il a déclenchée en 2017 par le dépôt d’une série de plaintes et de dénonciations concernant une escroquerie portant sur des deniers publics auprès du Procureur de la République, du Doyen des juges, de l’OFNAC, de l’Inspection Générale d’État, Ousmane Sonko a déploré l’attitude des autorités judiciaires. Selon le leader de Pastef, l’OFNAC, après avoir établi le rapport d’enquête N° 03/2019, transmis au ‘’Procureur de Macky Sall’’ depuis octobre 2019, et dans lequel il recommande l’ouverture de poursuites judiciaires contre les mis en cause pour plusieurs délits, a aussi mis en lumière 26 autres dossiers qui se présentent de la même manière et qui ont permis aux mêmes acteurs de siphonner des dizaines de milliards du Trésor public. Mais, déplore Ousmane Sonko, ‘’le procureur qui a, sur sa table, ladite plainte et ‘’l’excellent rapport de l’OFNAC de 2019, refuse de lever le plus petit doigt pour la simple raison que les escrocs sont affiliés à l’APR et qu’il s’agit d’un butin partagé à plusieurs niveaux par le biais des ristournes’’. ‘’Rien de vraiment étonnant avec cet homme’’, s’exclame l’Inspecteur principal des impôts. Sur cette même affaire, Ousmane Sonko a révélé : ‘’le doyen des juges, après avoir enregistré la plainte et nous avoir entendu, a préféré refuser d’informer, arguant que nous n’avions pas qualité́ à agir lorsque l’argent de 15 millions de Sénégalais est volé par une poignée de personnes’’. Pour le leader de Pastef, il n’y a rien de surprenant là aussi. ‘’Feu le doyen des juges m’avait avoué devant mes avocats et son greffier, lors de notre dernier face à face le 3 mars 2021, qu’il s’était fait taper sur les doigts par toute la hiérarchie étatique pour m’avoir simplement entendu en 2019, en qualité de partie civile’’, note-t-il. Quant à la chambre d’accusation, l’opposant soutient ne pas être surpris également. ‘’On n’en attendait pas plus de ce juge : quand on est pressenti au remplacement du procureur de Macky Sall, il faut bien donner des gages à ce dernier qui considère que les postes de procureur, doyen des juges, présidents du Conseil constitutionnel et de la Cour suprême, entre autres, lui appartiennent et leurs occupants lui doivent docilité et obéissance’’, a dénoncé Ousmane Sonko.

L’info