Toutinfo Bréves

DIOGO : Les populations tirent sur GCO

La visite du ministre des Mines et de la Géologie Oumar Sarr à GCO, une société qui exploite le zircon dans la région de Thiès, à Diogo plus précisément n’a pas été de tout repos pour lui, hier jeudi 8 juillet. Oumar Sarr a été accroché à l’issue de sa visite par des populations de Diogo, localité où est établi GCO. Ces populations se disent mécontentes de cette entreprise qui est une filiale du Français ERAMEST et qui avait démarré l’exploitation de la mine de zircon à Diogo avec l’Australien MDL qui a fini par lui céder toutes ses parts.

Si les populations de Diogo se disent mécontentes de GCO, c’est que soulignent-elles, l’entreprise n’investit pas suffisamment pour leur localité. À Diogo, des villages n’ont pas accès à l’électricité, l’eau qui leur est fournie est de mauvaise qualité et il y a surtout qu’ils ne disposent pas d’un plateau de santé relevé. Alors que GCO implanté dans la localité pour exploiter le zircon, et avec tous les profits qu’il tire, peut les aider dans ce domaine. Face aux doléances de ces populations, Oumar Sarr a promis de recevoir leur délégation dans les prochains jours afin de pouvoir mieux les examiner.

Mais, il n’y a pas que ces doléances des populations que le ministre doit examiner. Il y a également la question des 22 travailleurs qui se disent victimes de licenciements abusifs de la part de la direction de GCO.

Il convient de souligner toutefois que l’État du Sénégal détient 10% de parts qui sont gratuites dans le capital de GCO qui lui verse annuellement 5% de sa production à titre de redevance. Le ministre Oumar Sarr a constaté lui-même que GCO atteint chaque année, les objectifs qui lui sont assignés dans le cadre du Plan Sénégal émergent (PSE), à savoir une production de 90 000 tonnes. Quatre métaux lourds sont produits par GCO. Le zircon représente les 10%, l’ilménite les 78%, tandis que les 12% qui restent vont pour le rutile et le leucoxène. Selon son directeur général Benoît Robitaille, GCO dépense chaque année 81 milliards de FCFA pour payer les salaires des employés, la redevance et la RSE (Responsabilité sociétale d’entreprise).

Thiémokho BORE