Toutinfo Bréves

COMMÉMORATION DU 23 JUIN : L’opposition investit le terrain des Hlm Grand Yoff

Pour commémorer les 10 ans des manifestations du 23 juin, le M2D, le Fnr, partis et mouvement affiliés, vont organiser une grande manifestation sur le terrain des Hlm Grand. Les organisateurs expliquent ce choix par le souci d’éviter des heurts avec ‘’ceux qui ont maté le M23’’ et qui ont eux-aussi décidé d’organiser une manifestation parallèle à la place de la Nation.

‘’En ce 23 juin 2021, tous ensemble, vêtus de rouge, affirmons haut et fort depuis le terrain des Hlm Grand Yoff, que le vaillant peuple sénégalais dit non et encore non au 3em mandat, à la démocratie séquestrée et à la privation des libertés publiques pour tous les citoyens, pour que les occupants du palais de la République l’entendent de leurs fenêtres, de leurs portes et de leurs hôtels’’. C’est le mot d’ordre que le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D), le Front national de résistance (Fnr), les partis et mouvement affiliés, a brandi hier, pour le rassemblement de mercredi 23 juin, marquant la 10ème commémoration des évènements de 2011. Selon Fatou Blondin Diop, la commémoration des 10 ans du 23 juin vise à amener le gouvernement à œuvrer pour la promotion d’uneRépublique dotée d’institutions respectés et respectables dans lequel on respecte les libertés des citoyens. ‘’Soyons unis pour dire non à une République des nervis, non à la violence, non aux spoliations foncières, non aux violations des droits des travailleurs, soyons unis, main dans la main, pour réaffirmer l’esprit républicain et le sentiment d’appartenance nationale qui s’effrite au fur et à mesure que Macky Sall exerce le pouvoir’’, a soutenu hier, Fatou blondin lors d’une conférence de presse entrant dans le cadre des préparatifs de la manifestation. D’après la porte-parole du jour, si ces organisations ont décidé de manifester 10 ans après, en juin 2021, c’est parce que le Sénégal fait face à une justice à 2 vitesses. ‘’Nous voici en 2021, avec un Président qui confisque le processus électoral, qui assujetti l’Assemblée nationale, qui dévalorise les forces républicaines et légalise la violence étatique, au point de faire chanceler nos biens les plus précieux que sont la paix et la concorde sociale. Nous ne pouvons pas laisser prospérer cette nouvelle donne que Macky Sall sponsorise, à savoir des préfets et des maires ou des responsables politiques qui sèment la terreur chez les opposants et les membres de la société civile’’, a expliqué Fatou Blondin Diop. ‘’La constitution doit reprendre ses droits dans le Sénégal’’, a-t-elle ajouté. La porte-parole du jour a aussi rappelé que le 23 juin symbolise la voie du peuple sénégalais pour dire non au pouvoir, chaque fois que les acquis démocratiques sont remis en question. Mais, de son constat, les politiques mises en œuvre par l’équipe de Macky Sall, élus en 2012, sur les fonts baptismaux des demandes exprimées par les manifestations du 23 juin 2011, n’ont pas répondu aux exigences des populations’’. Pire, s’est-elle indignée, ‘’ces politiques ont trahi le peuple sénégalais et anéanti leur espoir de voir doter d’une gouvernance démocratique digne de ce nom’’. Interpellée sur les deux manifestions, la porte-parole du jour a indiqué que l’esprit du 23 juin n’est pas la propriété d’une organisation. Cependant, elle trouve la manifestation de ceux qui détiennent le pouvoir incompréhensible.‘’Il est difficile de comprendre que ceux qui ont tous les moyens de mettre sur les rails l’État de droit se lèvent pour manifester la remise en question de l’État de droit. Il est difficile de comprendre le camp où se trouve le ministre de l’Intérieur qui matait des manifestants en 2011 soit de la partie qui s’approprie cet état d’esprit. Nous estimons que c’est du désordre intellectuel. Nous ne nous associons pas’’, brocarde-t-elle. Soulignant ainsi que le choix d’aller au terrain des HLM obéit à une logique d’éviter toute confrontation. ‘’Il se trouve que la place de la Nation va être occupée par ceux avaient maté le 23 juin 2011, nous avons voulons être suffisamment loin pour qu’il n’y ait pas de heurts’’, déclare-t-elle.  

L’info