Toutinfo Bréves

PILLAGES DES FORETS DU SUD : Mamadou Lamine Diallo pointe du doigt la Chine

Le leader de Tekki, Mamadou Lamine Diallo accuse la Chine d’être l’instigateur de la vaste opération de pillage des forêts du sud du pays qui fait perdre beaucoup de ressources au Sénégal, mais aussi qui causent beaucoup de dégâts écologiques.

Les récentes révélations de la BBC sur les contrecoups du trafic illicite de bois dans les forêts de la Casamance font froid dans le dos. Ce pillage, via la République voisine de la Gambie, cause en effet d’énormes dégâts écologiques, mais aussi financiers. Et selon le leader de Tekki, Mamadou Lamine Diallo, ce trafic est favorisé et entretenu entre la Gambie et la Chine. ‘’La Chine participe au pillage de la forêt de Casamance avec des complicités sénégambiennes’’, accuse le député de l’opposition qui s’intéresse à la question dans sa rubrique hebdomadaire du Questekki. Pour le président du mouvement Tekki, il est temps de mettre hors d’état de nuire les prédateurs de nos ressources naturelles. Il suffit, d’après lui, de mettre en place un dispositif de patrouilles militaires mixtes du Sénégal et de la Gambie pour arrêter ce trafic et démanteler les scieries illégales le long de la frontière. 

L’opposant a mis à profit la journée de l’Afrique célébrée hier, par l’Union africaine, pour dénoncer ce trafic. Mais aussi pour appeler les dirigeants africains à prendre conscience des enjeux du moment et d’en saisir les opportunités. ‘’L’Afrique est l’enjeu du monde en ce siècle, en particulier, pour ses ressources naturelles, par les puissances du monde multipolaire’’, indique-t-il.  D’après lui, les puissances du monde cherchent à organiser le chaos dans la zone sahélo-saharienne pour s’accaparer du pétrole, de l’uranium et des terres rares. ‘’Le chaos, ce sont des territoires où règnent des potentats locaux qui leur facilitent le pillage de ces ressources’’, sensibilise-t-il. Soulignant que c’est ce chaos qu’évoquait l’historien Abdoulaye Bathily. ‘’Le chaos menace l’Afrique et le Sénégal en particulier. Les forces étrangères sont à pied d’œuvre, en particulier, les trafiquants de toutes sortes : du bois de la Casamance, de la drogue, du chanvre indien, de la cocaïne, des faux billets, etc. Tout cela menace les acquis démocratiques’’, a insisté M. Diallo. Il estime que le Professeur Bathily a raison de rappeler les résultats de la Charte de gouvernance démocratique des Assises nationales. Car, note-t-il, la gouvernance démocratique des ressources naturelles est la seule voie de salut du Sénégal. Pour cela, ‘’’il faut se débarrasser des prédateurs à la solde d’intérêts étrangers dans la classe politique, notamment dans BBY’’.

S’agissant du financement des économies africaines, l’économiste sénégalais parle de ‘’l’Émergence, en mode échec des prédateurs africains’’. Le Président du mouvement Tekki qui dit avoir lu et relu l’urgence africaine de Kako, ainsi que ses solutions sur la politique monétaire, a indiqué qu’il n’y a rien de nouveau sous les cieux. ‘’A dire vrai, il n’y a rien d’anti-impérialiste à aller chercher dans les rencontres pseudo-monétaires du français Kako, binational tardif, nouveau commissaire du Togo à l’UEMOA. Le monde de la finance mondiale rit sous cape devant les mille milliards de dollars qui dorment dans les banques étrangères et appartenant à des Africains’’, persifle l’économiste.  

L’info