Toutinfo Bréves

TENSION DANS LE SECTEUR DU GAZ : Macky Sall éteint le feu

Les grossistes distributeurs de gaz sont revenus à de meilleurs sentiments, du moins pour le moment. Cela, après une intervention personnelle du chef de l’Etat. Qui, avant de s’envoler pour Paris, les a mis en rapport avec son ministre Directeur de cabinet, Mahmouth Saleh, qui les a reçu et enregistré toutes leurs préoccupations. 

C’est à croire que le chef de l’Etat prend très au sérieux les menaces qui pèsent sur le secteur du gaz butane. En effet, suite à la levée de bouclier des grossistes, qui menaçaient d’aller en grève, il a personnellement pris les choses en main. Selon nos sources, il a discuté directement avec une personnalité centrale du secteur, et que ce dernier a su convaincre les grossistes de revenir à de meilleurs sentiments, du moment que le chef de l’Etat s’est saisi de la question. En ce sens, Macky Sall a instruit son ministre d’Etat, directeur de cabinet Mahmouth Saleh, de recevoir les responsables de l’Unagaz, et le facilitateur. Devant le collaborateur du chef de l’Etat, toutes les préoccupations des grossistes ont été posées sur la table. Idem pour celles des majors, qui, au-delà de la question de la revalorisation des marges, sont sous la hantise de se faire retirer leurs quotas d’importation de gaz par Petrosen Trading et services, dirigée par Manar Sall, alors qu’ils ont consentis de lourds investissements pour avoir les équipements nécessaires au stockage du gaz importé, permettant ainsi au Sénégal de tripper son stock de gaz. 

Le rapport de la polémique

C’est le rapport sur la structure des prix des hydrocarbures, commandité au Cabinet Mazars, par le Comité national des hydrocarbures (Cnh), dans la perspective d’une révision desdits prix, réclamée depuis des années par les acteurs, qui a failli mettre le feu au secteur du gaz butane. Dénonçant leur mise à l’écart du processus d’élaboration du rapport qui est à sa phase finale, et la non prise en compte de leurs préoccupations, les distributeurs-grossistes, qui réclament, en vain, depuis 1994, une augmentation de leurs marges, avaient menacé vendredi dernier, d’aller en grève pour se faire entendre, si le ministre restait sans réaction, après leur demande d’audience introduite auprès d’elle. Du côté des majors (producteurs) aussi, même s’ils n’ont pas rué dans les brancards comme les grossistes, ils ont rejeté les conclusions du rapport, qui pour le secteur du gaz, a retenu le maintien des prix en cours, expliquant cela par l’insuffisance d’éléments pouvant justifier une révision des tarifs, donc des marges. 

L’info