Toutinfo Bréves

SORTIE CONTRE MACKY SALL : Diouf Sarr et Cie brocardent Bathily

La sortie, dimanche dernier, d’Abdoulaye Bathily, critiquant le chef de l’Etat et sa gouvernance, dénote d’une «attitude irresponsable d’un nostalgique des Assises nationales». C’est l’appréciation de la Convergence des cadres républicains, qui souligne que l’ex leader ‘’Jallarbiste’’ s’est fourvoyé dans son analyse des évènements de mars dernier. Pire, elle le traite à la limite, d’aigri, qui pour elle, devrait s’en prendre qu’à lui-même, pour avoir échoué à devenir président de la commission de l’Union africaine, et non au Président Sall qui avait mis tous les moyens de l’Etat à sa disposition. 

«La Convergence des cadres républicains (CCR) a relevé les propos malencontreux et saugrenus du Professeur Abdoulaye Bathily, tenus à l’occasion du centenaire du Pr Amadou Mackhar Mbow», cognent d’emblée Abdoulaye Diouf Sarr et Cie. Martelant que l’ancien Secrétaire général de la Ligue démocratique, «profitant» d’un panel qu’il animait,  a «ouvertement accusé le régime de négligence». Tirant à boulets rouge sur l’ex leader ‘’Jallarbiste’’, les cadres de l’Apr estiment qu’il est même «allé plus loin en prédisant le chaos». Ce qui est d’autant plus improbable pour eux, que «dans sa lecture biaisée», Bathily est convaincu que «les derniers évènements qui ont eu lieu en mars 2021, seraient les conséquences de la non application des conclusions des Assises nationales». Pour la Ccr, Bathily «s’est fourvoyé» dans sa lecture des évènements du mois de mars dernier en les liant aux Assises nationales. Car, soutient-elle, la plupart des analystes de bonne foi considèrent que «les émeutes étaient plutôt la résultante d’une crise multiforme née de la pandémie à Covid-19 qui a servi de lit à la manipulation d’une certaine jeunesse». Et de s’indigner devant «le silence du Pr Bathily qui n’a pas daigné s’incliner devant la mémoire des disparus lors de ces évènements» malheureux dont il parle aujourd’hui. 

«Un nostalgique qui s’accroche aux Assises nationales dont il cherche vaille que vaille à revendiquer la paternité»

Suffisant pour que les têtes pensantes du parti au pouvoir boxent sans gants l’ancien leader de la Ld. «La CCR fustige cette attitude irresponsable d’un nostalgique qui s’accroche aux Assises nationales dont il cherche vaille que vaille à revendiquer la paternité. Or, il est bon de lui rappeler que l’Alliance pour la République (APR), à l’instar d’autres formations politiques, est partie prenante de ces assises et en a apporté une contribution significative, mais avec des réserves, notamment sur les questions relatives au régime parlementaire», martèlent Diouf Sarr et Cie. Ils persiflent d’ailleurs que l’ex leader ‘’Jallarbiste’’ en veut toujours au président de la République et son régime pour des raison personnelles. «En réalité, le Pr Bathlily garde encore une obsession pathologique et une rancune résultant, entre autres, de sa défaite à la présidence de la Commission de l’Union africaine. Pourtant, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même, car le Président Macky Sall, à sa décharge, a déployé d’importants efforts en lui apportant tous les moyens logistiques et l’accompagnement diplomatique adéquat qui devaient lui permettre de se hisser à ce haut niveau de responsabilité», accusent les ‘’apéristes’’. 

«Le chaos qui n’existe que dans sa tête»

Ne lâchant pas leur ex-allié de la présidentielle de 2012, les cadres républicains se désolent de «l’esprit nihiliste du Pr Bathily qui, pour eux, au lieu d’adopter une posture républicaine du fait de son parcours, prédit le chaos qui n’existe que dans sa tête». Le traitant de «coutumier des faits (critiques acerbes contre le régime)», Abdoulaye Diouf Sarr et ses camarades invitent l’historien à «revenir à la raison et à reconnaitre que les Assises nationales sont un patrimoine commun, que le Sénégal demeure un pays stable et que le train du développement socioéconomique est résolument en marche sur le terroir national». En ce sens, la Ccr rappelle que la vision du Président Macky Sall, matérialisée à travers le PSE, a produit des résultats probants dans tous les secteurs de la vie socio-économique du pays, avec des politiques qui impactent positivement les conditions de vie de nos compatriotes. Et que cette dynamique positive avait déjà installé le Sénégal sur les rampes de l’émergence avec une moyenne de croissance inédite de plus de 6 % sur une période de 3 ans, avant la crise sanitaire. La pandémie du Covid 19 qui a profondément perturbé les économies du monde et face à laquelle, le Sénégal, selon la Ccr qui s’en félicite, a pu faire face aux contrecoups. 

L’info