Toutinfo Bréves

SOMMET DE PARIS : Des intellectuels tirent sur Macky Sall et ses paires

Le sommet de Paris sur la relance des économies africaines qui s’ouvre, aujourd’hui, dans la capitale française, n’est pas du goût de certains intellectuels qui y voient une nouvelle forme de domination économique de l’ancienne puissance colonisatrice. Journalistes, activistes, économistes, à travers les réseaux sociaux et les médias, n’ont pas mis de gants pour brocarder Macky Sall et la horde de chefs d’Etats africains qui ont répondu à l’appel de Macron.

De nombreux activistes, penseurs, journalistes, économistes et hommes politiques sont montés au créneau pour dire haut et fort, leur désapprobation de la convocation sur les bords de la Seine, d’une dizaine de chefs d’État africains, pour discuter de la relance des économies africaines. ‘’Afrique : Un continent évacué à Paris’’, caricature ainsi le journaliste Adama Gaye, estimant que ‘’tous les pays africains, à genoux, vont à Canossa, à Paris’’. ‘’Toute honte bue, ils comptent sur le sommet, prétendument organisé par la France, pour résorber leurs besoins de financements, pour sauver leur peau. Aucun d’eux ne semble réaliser qu’ils sont tous à la merci d’un pays qui rêve de se servir de leurs malheurs pour se refaire une santé géopolitique, se donner bonne contenance dans un monde en restructuration, mais d’abord pour apporter le tonus qui manque à sa propre économie’’, fustige Adama Gaye sur sa page Facebook, visitée par «L’Info». 

Mady Cissé : «Ce sommet est juste une façon  de conquérir des marchés pour les entreprises françaises…»

Mady Cissé, économiste, affiche le même scepticisme sur l’issue opérante de ce sommet de Paris. ‘’Si Macron ne peut pas contraindre le FMI à utiliser les DTS pour financer les besoins de financement des pays africains, alors je ne vois pas l’intérêt stratégique de ce sommet’’, dit-il. Ajoutant que ‘’ce sommet est juste une façon de conquérir des marchés pour les entreprises françaises, en d’autres termes, relancer les exportations françaises. Macron avait dit, l’effacement de la dette africaine ne va pas signifier que les pays bénéficiaires s’endettent de nouveau auprès de la Chine. Il apparait clairement que le club de Paris, notamment la France, se positionne par rapport à la Chine, qui reste le principal bailleur des économies africaines’’. 

Khadim Bamba Diagne : «C’est juste la France-Afrique qu’ils veulent remettre en place en utilisant d’autres arguments»

Son condisciple, Khadim Bamba Diagne, économiste, expert en marchés financiers et professeur d’université, réprouve lui aussi cette rencontre. ‘’C’est juste la France-Afrique qu’ils veulent remettre en place en utilisant d’autres arguments et d’autres stratégies’’, a-t-il déclaré à Africanews. Non sans regretter que Macky Sall et Cie acceptent cette invitation de la France. ‘’Je pense que le peuple ne sera jamais d’accord avec cette façon de faire qu’on avait dépassé depuis les années 1990. Malheureusement, la France a mis en place une autre stratégie pour contrecarrer la Chine et la Turquie’’, soutient-il. Pour l’économiste, il faut des solutions africaines aux problèmes qui empêchent notre décollage économique. ‘’Je ne sais pas pourquoi les gens pensent que c’est la France qui doit résoudre le problème financier. C’est difficile à comprendre. C’est une culture pour les pays africains, surtout les pays africains francophones, de penser que la France a toujours les solutions’’, martèle-t-il. Or pour lui, la France ne nous aide que pour mieux profiter de nous. ‘’Le crédit que la France nous accorde est assorti de conditions. Ils donnent de l’argent et en retour, ce sont leurs entreprises qui vont gagner les marchés, avec des stratégies pour tuer notre secteur privé et obliger à l’Etat d’être dépendant de la France. Si vous devez de l’argent à la France, vous dépendez de la France. En permanence, on exploite de manière très intelligente les pays africains, au détriment du secteur privé local’’ soutient l’économiste.

Guy Marius Sagna : «L’Afrique n’a plus besoin de Baby-sitter» 

La tonalité, est un peu plus sévère chez l’activiste, Guy Marius Sagna de FRAPP/ France Dégage. ‘’Alors que la planète terre n’est pas encore sortie du coronavirus, on estime que cette pandémie a provoqué 584.000 morts aux Etats-Unis, 430.000 morts au Brésil, 262.000 morts en Asie, 127.000 morts au Royaume-Uni, 107.000 morts en France et 130.000 morts pour toute l’Afrique. Qui doit s’inquiéter pour qui ? Qui doit aider qui ? Pendant plus de 60 ans, le FMI, la banque mondiale, les États-Unis, la France, l’UE…ont vendu à l’Afrique, «There is no alternative». Résultats : nos élus laquais de l’impérialisme ne se soignent pas en Afrique et leurs enfants ne vont pas à l’école en Afrique. Et c’est la France, un des vampires qui sucent le sang des africains, qui va « aider » l’Afrique à relancer son économie ?’’, s’étonne l’activiste sur sa page Facebook. Pour lui, ‘’en réalité, ce sommet de Paris ne vise pas à « aider » l’Afrique à relancer son économie, mais plutôt à aider la France à relancer son économie comme du temps de l’esclavage, de la colonisation… Ils ont encore besoin de baby-sitter les présidents africains qui sont actuellement en France. Le baby-sitting n’a que trop duré. La France n’a qu’à s’occuper de ses SDF, de ses pauvres, de ses agriculteurs et infirmiers qui se suicident’’, fulmine-t-il. 

Seydina Oumar Sy : «Est-ce que nos présidents sont sérieux ?»

De son côté, l’ex député Seydina Oumar Sy fait dans l’ironie. ‘’Donc 17 pays africains se retrouvent dans un seul pays en Europe, en l’occurrence la France, pour voir comment relancer leur économie alors qu’ils disposent des plus grandes réserves en matière de ressources naturelles sans compter le poids démographique de la jeunesse africaine et de nos ressources humaines qui n’existent nulle part ailleurs’’, raille-t-il. ‘’Il y a un réel problème de vision africaine. Est-ce que nos présidents sont sérieux ?’’, raille-t-il. 

L’info