Toutinfo Bréves

PAPE DIOP, MALICK GAKOU, ME MADICKE NIANG : Silence troublant !

Politiciens à l’envers dans une scène politique sénégalaise bien à l’endroit, Pape Diop, Madické Niang et accessoirement Malick Gakou, ont fait long feu et ont vite fait de plier bagage depuis l’issue de l’élection présidentielle de 2019. Depuis, ils ont déserté l’espace politico-médiatique sénégalais pour s’emmurer dans un silence presque coupable.

Si c’était dans une armée républicaine, ils seraient surement trainés devant la justice militaire pour désertion. Pape Diop, Me Madické Niang, tous d’anciens caciques du Parti démocratique sénégalais (Pds), et Malick Gakou ex-enfant terrible de l’Alliance des forces du progrès de Moustapha Niass, passé entre temps chef de parti après une révolte interne, ont déposé les armes depuis l’issue de l’élection présidentielle de février 2019 qui a consacré la réélection, dès le premier tour, du Président Macky Sall avec plus de 58% des suffrages. En dépit des remous notés depuis lors et dont les plus récents ont été générés par l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr qui a occasionné plus d’une dizaine de morts, ils se sont emmurés dans un silence assourdissant. Leurs partis ou coalitions respectifs, plongés dans une léthargie profonde, c’est à croire même qu’ils se sont volatilisé tout d’un coup.

Pape Diop aphone depuis le décès de son directeur de cabinet

S’ils partagent cette particularité d’avoir déserté l’espace politico-médiatique sénégalais, Pape Diop, Me Madické Niang et Malick Gakou ont entre temps, connu des fortunes diverses. Le leader de la Convergence démocratique libérale/Bokk gis gis, a fait sa dernière apparition politique au mois de novembre 2019 dernier, lorsque l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade s’est déplacé pour aller lui présenter ses condoléances suite au rappel à Dieu de son directeur de cabinet, Taya Samb. A cette occasion, il s’était violemment attaqué au Président Macky Sall et à sa gestion du pays. ‘’Ce qui se passe dans le pays est inadmissible. Le Sénégal doit faire une étude sur le mode d’élection d’un président. Des études qui seront basées sur les connaissances et les compétences. Nous devons prier pour le pays’’, avait-t-il déclaré. Sans manquer de vanter les mérites du Pape du Sopi durant ses douze ans de règne. ‘’Toutes les réalisations dont on parle dans ce pays ne sont nullement l’œuvre de Macky Sall. L’aéroport Blaise Diagne est réalisé par le président Abdoulaye Wade. Le TER c’est une conception de Wade’’, avait-il renchéri devant son ancien mentor et maitre, Abdoulaye Wade, avec qui il s’était d’ailleurs fâché lorsqu’il a mis en place son parti. 

Gakou, le silence et les rumeurs de rapprochement avec Macky

Sa dernière apparition publique remonte certes d’il n’y a pas longtemps, lorsque Ousmane Sonko est allé le voir. Mais le leader du Grand parti a changé de paradigme et de discours depuis l’élection présidentielle de 2019. Se faisant de plus en plus rare dans l’espace politico-médiatique, il a carrément changé de discours et a mis beaucoup d’eau dans son vain. A la place des discours va-t’en guerre auxquels il a toujours habitué l’opinion publique sénégalaise, il sert désormais des discours plus ou moins feutrés et anodins. ‘’Les dernières manifestations doivent apprendre à la classe politique sénégalaise qu’elle doit plus de considération au peuple sénégalais’’, s’est-il contenté de dire au leader de Pastef Ousmane Sonko, allé récemment lui rendre visite pour l’inviter à venir mener le combat à ses côtés. Depuis lors, que nenni. Aucun acte posé. Mieux ou pire, il ne participe même plus aux rassemblements et autres réunions du Front de résistance nationale qui regroupe tous les partis d’opposition sénégalaise. Allié d’Idrissa Seck à la dernière présidentielle, il a été accusé à tort ou à raison d’avoir négocier lui aussi un rapprochement avec le président Macky Sall. Ce qui expliquerait l’écart pris avec l’opposition. D’ailleurs lors d’une sortie au moment de ces rumeurs, les jeunes de son parti qui l’avaient accueilli en banlieue dakaroise, lui avaient crié dessus pendant plusieurs minutes, leur opposition à son éventuelle entrée à la mouvance présidentielle. Et quand il a eu des mots dures à l’endroit du régime, avec l’affaire Sonko-Adji Sarr, certains membres du pouvoir, comme le patron des jeunes de l’Apr, Moussa Sow, ont indiqué que c’est parce qu’il n’avait pas ce qu’il attendait de Macky Sall. 

Madické Niang sorti du jeu politique comme il était entré

Il est de ces politiciens sénégalais pacifiques, mais loufoques en même temps. Sa candidature déclarée à la présidentielle de 2019 n’a d’ailleurs jamais été prise au sérieux par le commun des Sénégalais. Même si le sens de l’humour dont il a  fait montre lors de la campagne électorale lui a fait gagner beaucoup de sympathie auprès des populations, cela ne s’est pas traduit dans les urnes en termes de suffrage. L’ancien ministre de la Justice, Garde des sceaux sous le régime d’Abdoulaye Wade a été en effet plombé par les accusations de connivence avec le régime de son ex-mentor et les soupçons qui pesaient en effet sur sa candidature elle-même. Beaucoup pensaient qu’il était parrainé par le président de la République sortant, pour disperser et affaiblir davantage les forces de l’opposition. Quoiqu’il en soit, lui a pris ses responsabilités après le scrutin présidentiel. Sur instruction du Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, il a pris la ferme décision de cesser toute activité politique depuis lors et d’orienter ses aspirations, vers d’autres objectifs.

Assane MBAYE