Toutinfo Bréves

CHEIKH NIASS, PDG DE WALFADJRI : Tel fils, tel père !

Depuis 4 ans, il dirige le groupe de presse le plus populaire au Sénégal. Lui, c’est  Cheikh Niass, digne héritier de son père, Sidy Lamine Niass, « un arabisant entre presse et pouvoir ».

« Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années ». Cet adage séculaire sied bien à Me Cheikh Niass, avocat de formation devenu par accident « Capitaine » du groupe de presse le plus populaire du Sénégal.

En plus de partager beaucoup de traits physiques avec son défunt père. Cheikh qui a hérité d’un grand nom commence à se faire un prénom en assurant avec un certain succès la gestion de l’empire médiatique dont il a hérité. 

En effet, cela fait exactement quatre années que par  un coup du destin extrêmement dur que Me Niass a été propulsé à la tête du groupe Walfadjiri, qui fête cette année son 38eme anniversaire, après le rappel à Dieu brutal de son père et fondateur du groupe de Front de terre.

Quatre ans après quel bilan peut-on faire pour Cheikh Niass ? Aujourd’hui, il est incontestable que Me Cheikh Niass, jeune trentenaire, a plus que assuré la relève en maintenant l’ADN du groupe Walfadjri, à savoir sa ligne éditoriale qui  fait de lui «la Voix des sans voix», une sorte de « mur des lamentations » une expression si chère à feu El Hadji Sidy Lamine Niass, rappelé à Dieu le 4 décembre 2018.

Bien plus, tous les emplois du groupe ont été maintenus. Mieux encore, Me Niass a entrepris avec succès une « opération retour des anciens de Walfadjri », ceux-là  qui étaient les collaborateurs de son père parmi lesquels : Tidiane Kassé, feu Jean Meissa Diop, Mamadou Bitèye, Pierre Edouard Faye, Thiamass… et la liste est loin d’être terminée…

Last but least, dans un monde dominé par les réseaux sociaux et le digital, Me Cheikh Niass en bon « Capitaine courage » a définitivement fait entrer  le groupe Walfadjiri dans la modernité.

Les derniers événements sociopolitiques lors desquels le CNRA avait coupé le signal de la télévision, navire amiral du groupe lui ont amplement donné raison que l’avenir des médias traditionnels est dans un basculement irréversible vers le numérique.

Le jeune PDG de Walfadjri est assisté dans sa lourde mission par sa charmante épouse,  l’activiste Ndèye Nogaye Babel Sow, présidente de l’ONG urgence Panafricaniste. Cette dernière est carrément impliquée aujourd’hui dans la gestion du groupe de presse de Front de Terre. D’ailleurs, comment ne pas voir dans la métamorphose rapide du Groupe Walfadjri, l’empreinte de Babel Sow Niass? « Derrière tout grand homme, il y a une grande dame », aime répéter la vox populi. 

Mamadou SARR