Toutinfo Bréves

LICENCES DE PECHE Mamadou Diop Decroix dépose une question orale

ECONOMIE : Le député Mamadou Diop Decroix du Groupe Liberté et démocratie a adressé une question  orale au gouvernement au sujet des licences de Pêche destinées à des privés étrangers.

« Je vous prie de bien vouloir transmettre au gouvernement la question orale ci-jointe portant sur l’octroi de licences de pêches à 56 navires étrangers dans des conditions contestées avec véhémence par les acteurs de la pêche », écrit-il au président de l’Assemblée nationale.

« Au cours du mois d’avril dernier les acteurs nationaux du secteur de la pêche se sont beaucoup fait entendre malgré la prédominance du débat sur le covid-19. Ils parlent de licences de pêche sollicitées pour 56 navires étrangers et s’interrogent sur l’urgence que le département ministériel concerné attache à cette affaire alors que nous sommes en plein état-d ‘urgence. Ils ont sollicité un report de la rencontre estimant que « cette session à distance sera celle qui devra connaître du sort du plus grand nombre de demandes de promesses de licence dans l’histoire de la CCALP » et qu’il leur était inconcevable de statuer d’urgence sur autant de demandes », explique le député de AJ/PADS.

Ajoutant : « Après avoir pris connaissance de leurs revendications et de leur argumentaire, je souhaite que le gouvernement nous apporte les réponses aux questions qui sont posées à savoir : Combien de licences de pêche ont été attribuées en 2018, 2019 et 2020 ?»

En outre, M. Diop veut connaître les bénéficaires, les segments de pêche concernés, le nombre de bateaux introduits dans le pavillon national, en catimini.  Il veut aussi connaître l’avis de la recherche sur  les stocks de ressources halieutiques.

Description : page2image63393152

« Les acteurs de la pêche révèlent par ailleurs une multitude de façons de contourner la loi pour permettre à des bateaux étrangers de pêcher nos ressources sans pratiquement aucun retour ni pour le trésor public ni pour les citoyens sénégalais. Ils posent par exemple la question de savoir comment une société au capitale de 100.000 F CFA ( Cent Mille F CFA) peut acquérir pour les sénégaliser six (06) chalutiers neufs ou quasi neufs d’une valeur de 5.000.000.000 de F CFA (cinq milliards de francs Cfa) l’unité soit 30 milliards au total ? Il semblerait aussi que deux autres sociétés en sollicitent chacune dix (10) pour un capital par société de 2.000.000 F Cfa (Deux millions de francs Cfa) au maximum », souligne l’ancien ministre.

Selon lui « les problèmes de la pêche dans notre pays et le peu d’esprit patriotique dont font montre certains agents de l’administration méritent que le gouvernement apporte des réponses aux questions ci-dessus et, surtout, qu’il indique à la représentation nationale comment il compte s’y prendre pour protéger définitivement, avec la fermeté et l’efficacité requises, nos richesses halieutiques ».

Mamadou SARR