Toutinfo Bréves

REVUE DE PRESSE DU 1er AVRIL : L’hommage unanime de la presse sénégalaise à Pape Diouf

MEDIAS : Les quotidiens reçus mercredi à l’APS saluent la mémoire de l’ancien président de l’Olympique de Marseille (élite française), le Franco-Sénégalais Pape Diouf, décédé mardi à Dakar des suites du Covid.

Sous assistance respiratoire depuis samedi à Dakar, à l’hôpital Fann, il devait être transféré, dans la soirée, à Nice, dans le sud de la France.

Pape Mababa Diouf, 68 ans, ancien journaliste, a marqué l’OM de son empreinte. L’ancien journaliste et agent de joueurs était encore très populaire auprès des supporters du club phocéen. Pape Diouf était consultant ces dernières années à la chaîne cryptée française Canal+.

« Pape Diouf perd son dernier match », affiche à sa Une le quotidien L’As, notant que le Sénégal enregistre son premier cas de décès lié au Covid-19.

Sur le plan épidémiologique, le Sénégal a enregistré, mardi, au total 175 cas de positifs au covid-19 depuis l’apparition de la maladie dans le pays. Au total, 40 malades ont été déclarés guéris et 135 sont toujours en observation dans des structures sanitaires du pays.

« Ce maudit virus nous l’a pris (…) », dit Libération, relevant également que le Sénégal a enregistré son premier cas de décès lié au coronavirus après la disparition de l’ancien président de l’OM, Pape Diouf placé sous assistance respiratoire depuis samedi.

« Le virus nous prend Mababa », affiche à sa Une Le Soleil. « Pape perd son dernier match », selon Le Quotidien. « Le sommeil du numéro 1 », titre L’Observateur.

Pape Diouf est le « premier cas de décès » au Sénégal lié au coronavirus, souligne La Tribune.

Selon Le Témoin, « Pape Diouf, un Marseillais tombe à Dakar ». Le journal souligne que le monde sport a rendu un vibrant hommage à « une icône du football mondial ».

Le Covid-19 « emporte notre Pape », affiche à sa Une Sud quotidien. Dans ce journal, son ami, le journaliste Mamadou Koumé témoigne :  » (…) Pape était un homme d’une grande chaleur, d’une grande disponibilité et d’une grande générosité ».

« Pape aidait et soulageait, dans la grande discrétion. Il était un assistant social au vrai sens du mot (…) », ajoute Koumé qui a lancé avec Diouf, en 1991 le journal Le Sportif.

Le quotidien Kritik souligne que d’Abéché (Tchad) où il est né, à Marseille en passant par Dakar, « le phénomène Pape Diouf a fait vibrer le monde du football ».

 Toutinfo.net (avec APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.