CONSOMMER LOCAL : La grande mutation dans vos assiettes !

ECONOMIE : En matière de consommation, on peut sans risque d’être démenti dire que la tendance lourde est « de produire ce qu’on consomme et de consommer ce qu’on produit », malgré les habitudes  alimentaires et vestimentaires  qui ont la vie dure.

«Consommer local, c’est promouvoir l’économie locale, solidaire, intégrative, économiquement viable, écologiquement durable. C’est produire ce que l’on consomme et consommer ce que l’on produit ». C’est ainsi que Mamadou Kassé, ancien rédacteur en chef du quotidien national Le Soleil et auteur d’une production abondante sur la question, appréhende ce concept à la vogue chez l’homme hommes d’affaires, politiques et même chez le consommateur lambda.

De plus en plus de nos concitoyens ont adhéré à ce « mode de consommation sénégalais ». C’est le cas d’Abdoulaye Diallo, directeur général de l’Harmattan Sénégalais.

« Depuis, mon retour de la France, je ne porte que des habits fabriqués par les tailleurs sénégalais y compris les costumes que je porte. Certains de mes amis pensent que je les achète de l’extérieur, que nenni », révèle l’éditeur et enseignant-chercheur au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Faire du shopping à l’étranger appartient désormais au passé chez  M. Diallo qui se bat pour convertir le maximum de ses amis au « consommer local ».

Khady Ndiaye, une mère de famille habitant un quartier résidentiel de la capitale sénégalaise ne jure que par les produits du terroir.

  Quotidiennement, elle sert midi, matin et soir, du moins   tant qu’elle peut, des plats à base de produits locaux. Ainsi, chez elle du riz aux condiments : ognons, carottes, aubergines, poissons … ont une appellation d’origine sénégalaise.

Et elle en est peu fière. « Au début ma famille n’appréciait pas trop le riz de la vallée. Mais à force de ténacité et de persuasion, tout le monde a adhéré. On réclame même le riz local, surtout depuis qu’un riz de qualité douteuse inonde le marché », informe-telle.

D’après cette consommatrice, les produits locaux ont l’avantage d’être plus « sains », moins « chers » que ceux importés, que l’on trouve en abondance, cependant dans les marchés.

Manger sain et bio

«Consommer local, c’est manger sain et bio en évitant tous produits chimiques et toutes formes d’OGM, », renchérit le journaliste Mamadou Kassé.

De nombreux Sénégalais ont l’habitude de s’approvisionner au niveau des marchés dakarois comme Castors, Thiaroye, Tilène, Gueule Tapée… en produits locaux, d’autres choisissent les « Loumas agricoles » marchés hebdomadaires), ou les foires.

Toutinfo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.