DIENE FARBA SARR, MINISTRE DU CADRE DE VIE: «Nous avons des villes désorganisées, atomisées, violentes»

Les rideaux sont tombés sur le Forum ministériel africain sur l’habitat et le développement urbain, tenu à Dakar, mardi et mercredi derniers. Une occasion pour le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et du Cadre de Vie de sortir de son mutisme. Chaleureusement félicité par le chef de l’Etat devant 23 ministres africains, Diène Farba Sarr dissimule difficilement sa joie, mais aussi sa détermination à réussir sa mission au bénéfice du Sénégal. Dans cet entretien, il aborde plusieurs questions, notamment le cas de la Place de l’indépendance, la restructuration des villes et la présidentielle.

«L’As» : Où en est-on avec la Place de l’indépendance qui devait être refaite par Khalifa Sall?
DIÉNE FARBA SARR : Vous savez, je ne peux parler de la Place de l’Indépendance. La raison est bien simple : le Premier ministre, en son temps, avait arbitré en me confiant la mission consistant à refaire la Place de la Nation (Obélisque). A présent, j’ai fini d’exécuter cette mission et le joyau qu’est devenue cette place a été livré au public depuis des lustres. Le reste, je ne m’en occupe pas. Parce que pour refaire la Place
de l’Indépendance, il faut des autorisations dont celle du ministère de l’Urbanisme, du ministère de l’Environnement, du ministère de l’Intérieur, du Cetud, etc. Il faut également l’autorisation de l’Agetip et de la Présidence de la République. Tous ces points devraient être observés, parce que nous sommes dans un Etat organisé. On ne peut pas se lever et dire que je vais faire cela sans pour autant se référer aux structures de l’Etat. Il faut respecter l’Etat, parce que c’est un miroir chargé de symboles qui lui confèrent crédibilité et autorité. Malheureusement, tout cela n’a pas été fait, et c’est dommage !
D’aucuns pensent que Ousmane Sonko est une menace pour le pouvoir du Président Macky Sall. Est-ce votre avis ?
Je n’aime pas parler des autres candidats. Seul mon candidat m’intéresse et son bilan est largement positif. Jugez-en par vous-mêmes. Il a achevé l’Aéroport International Blaise Diagne qu’il a trouvé à un niveau d’exécution de 30%, comme d’autres projets abandonnés par l’ancien régime. Le projet de TER est en cours de réalisation. Idem pour l’autoroute ILA Touba. L’économie est en pleine croissance. Des
emplois massifs ont été générés dans plusieurs secteurs (agriculture, industrie, habitat, tourisme) et j’en passe. Le bilan de Macky Sall ne se conjugue pas au futur, mais au présent. Il est donc palpable pour toute personne de bonne foi. En un mot, le Président Macky Sall, en véritable orfèvre, a su transformer en un temps record de la boue en or. Pour répondre plus directement à votre question, je ne vois pas de menace. Je laisse, cependant, ces candidats à la candidature s’occuper, pour le moment, de la collecte des signatures nécessaires qui constitue, à mes yeux, un gros chantier, j’allais dire un test pour eux.
Quel bilan tirez-vous du Forum de l’habitat qui vient de s’achever à Dakar? Le Forum a permis aux Etats africains représentés à Dakar d’échanger sur les défis et les problèmes identifiés dans le secteur de l’habitat et du développement urbain, pour déboucher sur ce qu’il est convenu d’appeler : «La feuille de route de Dakar». Cela veut dire qu’à partir de maintenant, toutes les actions à mener dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda Urbain Mondial ont été claire- ment identifiées à partir de Dakar. Vous conviendrez avec moi que ce succès a fait écho et ceci s’explique par l’implication des plus hautes autorités du Sénégal, de nos pays frères et d’Onu habitat. Le président de la République, Macky Sall, nous a fait l’honneur de présider la cérémonie d’ouverture, et le chef du gouvernement Mouhamed Boun Abdallah Dionne, la clôture. Donc, la positivité du bilan peut s’analyser à travers la présence massive des ministres africains, au nombre de 23, en charge de l’Habitat et du Développement Urbain et d’autres délégations africaines fortement représentées. A pré- sent, nous pouvons regarder l’avenir avec beaucoup plus d’assurance quant à l’atteinte de l’objectif de l’ODD 11.
Le Président a tiré la sonnette d’alarme sur l’urbanisation galopante pour dire qu’il y a des menaces sur les villes. Ses inquiétudes sont-elles justifiées ?
Effectivement ! Et ce n’est que la réalité. Les statistiques le prouvent déjà à suffisance. Sur un milliard d’habitants en Afrique, les 400 millions sont des citadins. Et d’ici à 2030, ce chiffre atteindra 500 millions. J’ai les mêmes sentiments que le président de la République, puisque nous avons des villes désorganisées, atomisées, violentes. L’urbanisation n’a pas été planifiée. D’ailleurs, c’est pourquoi pendant son mandat, il a créé ce qu’on appelle des pôles urbains: le Pôle de Diamniadio qui est planifié, Déni Birame Ndao, Bambilor, Yène, Diacksao, dans la région de Dakar et 23 autres pôles régionaux. Cela va nous permettre de planifier nos villes et de les avoir intelligentes. Nous allons essayer de corriger par ce qu’on appelle la restructuration. Nous sommes à Hann et Petit Mbao avec 12 milliards FCFA. Nous serons à Ziguinchor, à Saint-Louis et à Ouest-Foire. A Ouest-foire, on trouve des maisons agglutinées, bâties sur des assiettes qui n’ont pas de titres, encore moins de structures collectives, de dispensaires et d’écoles entre autres. Ainsi, le Président nous a demandé de travailler pour restructurer ce quartier, ce qui constitue d’ailleurs une demande forte de la population. Nous y sommes, les enquêtes ont été déjà faites. Le président de la République s’est engagé dans une dynamique irréversible de renouveau urbain avec la création de 27 pôles. Il est également en train de corriger la mauvaise planification urbaine d’alors, en met- tant en œuvre un urbanisme curatif consistant à restructurer certains quartiers dans Dakar et le reste du Sénégal, et à doter les populations de titres d’occupation réguliers.
Cela va sans doute avec le cadre de vie que vous êtes en train de changer ? Vous conviendrez avec moi que la ville, ce n’est pas que du béton nu. Il faut également l’agrémenter avec des places publiques, des espaces récréatifs, des jardins et j’en passe. Le président de la République s’est toujours intéressé aux conditions de vie des Sénégalais, notamment le cadre de vie. Voyez-vous, les Allées Cheikh Sidati Aïdara de Grand-Dakar et de Niarry Tally en cours de travaux, les Allées Serigne Saliou Mbacké de Guédiawaye livrées provisoirement, les jardins de Sacré-Cœur, la Place de l’Obélisque et celle des Tirailleurs, la Place Van Vollenoven, le rond-point de l’Assemblée Nationale, Cambérène, Ziguinchor, Bakel, Khombole, entre autres, sans compter les projets déjà planiFiés. Cela signifie que nous sommes dans une bonne dynamique de renouveau urbain, et c’est heureux de constater que les populations s’approprient ces projets qui changent littéralement la face du Sénégal.

( Réalisée par Amadou BA et Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.