Toutinfo Bréves

En France: de la pluie, un déficit de soleil et bientôt des inondations

Les mois de décembre et janvier en Europe n’ont pas été ensoleillés. De la pluie et un épisode de pénombre exceptionnel ont assombri la ville de Bruxelles, et bien d’autres régions d’Europe également. Et après la pluie qui sévit sans relâche vient maintenant le temps des inondations…

Il pleut. Douze départements français ont été placés en vigilance orange pour pluies inondations, crues ou vent violent. La raison ? Une perturbation s’étirant du Nord aux Alpes et au Sud-Ouest, selon Météo-France. Du vent, des nuages et de la pluie, mais jamais de soleil ! Et c’est un phénomène exceptionnel qui sévit depuis plus d’un mois au Nord de l’Europe. Ainsi la Belgique a connu un des pires déficits d’ensoleillement de son histoire, avec 10 heures et 31 minutes de soleil recensées à la station météo d’Uccle, à Bruxelles, en décembre. Le « deuxième mois le plus sombre depuis 1887 », seul décembre 1934 avait connu une luminosité encore plus faible avec 9h31 d’ensoleillement, a précisé à l’AFP David Dehenauw, chef prévisionniste à l’IRM et « Monsieur Météo » sur plusieurs télévisions belges.

L’hiver le plus sombre pour certains pays d’Europe du Nord

Janvier 2018 sera forcément plus ensoleillé que décembre, car les jours rallongent. Mais c’est le Guardian qui le relève : cet hiver demeure l’un des plus sombres pour certains pays d’Europe du Nord. Pour la ville de Rouen, le taux d’ensoleillement moyen en janvier est aux alentours de 58,6 heures, et pour l’instant à mi-janvier on comptabilise à peine 2,5 heures de lumière… Alors La Voix du Nord se lamente : « Il est mort le soleil ? »

Sous la plaisanterie, le constat de santé publique. Selon des spécialistes, ce déficit de luminosité peut entraîner une « dépression saisonnière », dont les symptômes sont notamment une plus grande fatigue. « Quand on s’expose à la lumière au matin, ça inhibe la sécrétion de mélatonine qui favorise le sommeil et ça favorise plutôt la production d’hormones qui vont booster » l’organisme, a expliqué à l’AFP le Dr Matthieu Hein, psychiatre à l’hôpital Erasme à Bruxelles.

Le Jura et le Doubs en vigilance rouge

Et toute cette eau qui tombe du ciel pourrait entraîner Le Rhin à sortir de son lit mardi. De même pour la Seine qui déborde et pourrait atteindre 5,40 mètres, mercredi, selon Vigicrues (encore loin des 8,62 mètres de la « crue du siècle », datant de 1910). Le Jura et le Doubs ont été placés en vigilance rouge. « Des inondations importantes sont possibles », « des coupures d’électricité peuvent se produire », « les digues peuvent être fragilisées ou submergées », avertit, dans son bulletin de lundi, le service d’informations sur le risque de crues (Vigicrues).
Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.