Toutinfo Bréves

MEMORANDUM SUR LES EVENEMENTS DE MARS : Le M2D va attaquer l’Etat en justice

Le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) a présenté hier, un mémorandum où il retrace les faits, lors des évènements de début mars dernier, ayant occasionné la mort de 13 personnes, selon ses propres décomptes.

Le Mouvement pour la défense de la démocratie (M2D) est déterminé ç élucider les circonstances de la mort de 13 victimes lors des évènements de début mars dernier, nés de l’affaire Sonko-Adji Sarr. Le M2D a produit en ce sens, un mémorandum qu’il a présenté hier, à Dakar. ‘’Nous sommes déterminés à rendre justice aux victimes des évènements. Nous sommes donc décidés à poursuivre les auteurs et les commanditaires de ces actes, puisque les preuves sont à portée de main’’, a soutenu Dr Cheikh Tidiane Diéye. A l’en croire, une   conclusion simple et irréfutable montre que la responsabilité du Président Macky Sall est en jeu dans tout ce qui s’est passé dans ce pays. ‘’Il est le responsable de ce qui s’est passé y compris les vies humaines que nous avons perdues’’, charge le directeur de Enda CACID. Qui réitère la volonté du M2D de trainer l’Etat du Sénégal devant les juridictions nationales, régionales et internationales. ‘’Pour le cas de la Cour pénale internationale, il y a un collectif de la diaspora qui s’est constitué spontanément et qui a saisi en bonne et due forme, ladite juridiction internationale. Nous les soutenons’’, a annoncé Dr Diéye. Qui exige que le dossier fasse l’objet d’un traitement rapide, diligent, impartial et honnête. ‘’Depuis toujours, nous réclamons un procès équitable et impartial pour que la vérité éclate’’, dit-il.

«Ce régime ne recule devant rien, y compris devant les choses les plus sordides»

Le M2D a aussi déploré ce qu’il considère comme un complot ourdi par les tenants du pouvoir contre l’opposant Ousmane Sonko. ‘’C’est la première fois au Sénégal qu’on arrive à cette bassesse. Jusqu’ici, personne n’a reconnu le Sénégal dans cette façon de faire de la politique nauséabonde qui aujourd’hui, a fini de démontrer que ce régime ne recule devant rien, y compris devant les choses les plus sordides’’, soutient Cheikh Tidiane Diéye. Qui fustige aussi l’interdiction fait au député Ousmane Sonko, placé sous contrôle judiciaire, de se rendre à Lomé. ‘’Ça ne repose sur rien du tout. C’est totalement arbitraire. C’est totalement illégal. Il est inacceptable que ce contrôle judicaire soit une épée de Damoclès sur un opposant politique’’, a déploré Cheikh Tidiane Diéye. ‘’Nous allons vers des élections. Nous n’acceptons pas qu’ils usent de subterfuges pour le clouer au sol ou tout autre opposant’’, a-t-il prévenu. 

Un mémorandum, en hommage aux ‘’13 martyres assassinés’’

C’est l’ensemble de tous ces éléments qui ont poussé le mouvement à rédiger ce mémorandum, en hommage aux ‘’13 martyres assassinés’’ et aux quelques 600 personnes blessées, lors des événements de février-mars 2020. Ce document de 54 pages contient des informations, des annexes, des images de vidéos et des renvois sur les violences qui ont émaillé le Sénégal. Selon le Dr Cheikh Tidiane Diéye, la rédaction de ce mémorandum vise à rétablir les faits. ‘’Notre narratif n’est pas un récit subjectif qui vise à tirer la couverture de notre côté. Ce mémorandum vise à rétablir la vérité et les faits. Il déconstruit le discours partiel et partial du Gouvernement du Sénégal et met à̀ nu les fausses certitudes, les récits tronqués des faits et les occultations volontaires. Ce mémorandum jette une lumière crue sur les responsabilités du Gouvernement», assène-t-il. 

Dans la première partie du document intitulé ‘’Macky Sall, un ‘tueur’ en série d’opposants politiques’’, le M2D relève que depuis son accession au pouvoir en 2012, le Président Macky Sall s’acharne à̀ anéantir toute possibilité́ d’alternance politique, en instrumentalisant le pouvoir judiciaire et parlementaire, à défaut d’obtenir un ralliement politique inconditionnel des leaders de l’opposition. Il cite à cet effet, ‘’les cas Karim Meissa Wade et Khalifa Sall qui sont victimes de cette méthode mise en branle par le chef de l’Etat pour réduire l’opposition à sa plus simple expression’’. ‘’Ce mémorandum sera traduit en anglais, en arable et dans plusieurs langues et sera distribuer à toutes les représentations diplomatiques présentes au Sénégal’’, promet-il. 

L’info