Toutinfo Bréves

DEVELOPPEMENT DU FOOTBALL SENEGALAIS : La recette de Pape Massata Diack

A l’occasion de la célébration des 12 ans du football professionnel, l’ancien chargé de marketing de la Fédération sénégalaise de football, Pape Massata Diack a invité les autorités étatiques à une réflexion sur la mutation du football sénégalais.

Le manque d’infrastructures sportives au Sénégal a été au cœur des discussions lors du panel de l’Association nationale de la presse sportive tenu ce week-end à l’occasion de la célébration des 12 ans du football professionnel. A cet effet, l’ancien chargé de marketing de la Fédération sénégalaise de football qui s’est épanché sur le thème, a invité l’Etat à mettre en place un fonds de garantie pour la construction de stades régionaux qui répondent aux normes internationales. ‘’Si le Sénégal veut avoir 14 stades régionaux, l’État doit mettre en place un fonds pour qu’il y ait une garantie bancaire. Il doit parallèlement trouver des moyens dans d’autres pays plus développés, chercher des investisseurs qui auront en charge la gestion de ces infrastructures afin de leur permettre de récupérer leur investissement entre 4, 5 ou 6 ans’’, a déclaré Pape Massata Diack. Qui s’est dit consterné par le fait qu’aucun stade sénégalais n’ait été homologué par La confédération africaine de football pour abriter les matches éliminatoires de la Coupe du monde 2022 prévue au Qatar.

Le fils de Lamine Diack rappelle que le football est une industrie qui se développe de jour en jour et qui engloutit chaque année, 630 milliards de dollars à travers le monde. ‘’Un club de football est jugé par la qualité du joueur, la nature du spectacle, la communication et la promotion, la performance sportive, le capital humain et le palmarès du club. Les bénéfices dans le football viennent de la billetterie et des droits de télévision’’, déclare-t-il. Soulignant qu’en Afrique, le sport est financé par les Etats surtout au sien de l’élite. ‘’Pour le cas du Sénégal, le sport manque de moyens, il est même relégué au second plan. Pire, le budget du sport n’a pas encore atteint 1% .  A cet effet, les clubs ont d’énormes difficultés pour le financement’’, note-t-il pour le regretter. Pape Massata Diack invite ainsi à une réflexion sur la mutation du football financé de plus en plus par les fans. ‘’C’est seulement les fans qui font développer le football. Par exemple, dans des pays européens comment l’Angleterre, le public a un poids très import sur les clubs. Les supporters anglais sont prêts à accompagner leur équipe de n’importe quelle manière. Les fans ont un double rôle à jouer, d’abord ils contribuent aux bénéfices du clubs avec les tickets d’entrée ou les abonnements dans les stades, ensuite avec les achats de maillots, écharpes, entre autres. Le plus important, c’est qu’ils poussent l’équipe à atteindre le sommet’’, déclare-t-il.