Toutinfo Bréves

REVUE DE PRESSE DU 22 MAI 2020 : Diversité de sujets à la Une des quotidiens de ce vendredi

MEDIAS : Les journaux parvenus ce matin à Toutinfo.net abordent des sujets divers.

« Reprise des  cours le juin : Macky sonne la mobilisation nationale », pointe à sa Une l’As quotidien.

D’après le journal,  «  le gouvernement affiche à sa détermination  pour la reprise des cours le 2 juin  2020 ».

Ajoutant que  lors du « conseil des ministres  tenu le 21 mai dernier, le président de la République  a appelé  à une  mobilisation  de tous les acteurs  du système éducatif  pour une reprise  sans risque ».

Quant à l’Observateur, il revient sur le conflit entre le Professeur Moussa Seydi et  le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr.

« Gestion de  la pandémie de la covid-19 au Sénégal :  Pr  Seydi, le nouveau malaise ».

Le journal fait des révélations  sur son « isolement » et ses désaccords  avec le ministre de la Santé.

L’Obs se veut affirmatif et jure que « le désaccord entre le Profeseur Seydi et le ministère de la Santé a fini d’installer  un malaise au sommet dans la gestion de la pandémie du covid-19 au Sénégal ».

Par ailleurs, Le Témoin  affiche à sa Une avec un brin d’ironie: « La France décrète la fin de la monnaie coloniale : Le CFA est mort vive le CFA ».

En outre, le journal fait état d’une « rébellion sanitaire » à l’AIBD où ont débarqué, jeudi, 200 Sénégalais en provenance de la France.

« Des Sénégalais rapatriés de France refusaient  d’être placés en quarantaine : Une rébellion sanitaire à l’aéroport de Diass », écrit le Témoin.

D’après le journal, la police avait menacé les plus récalcitrants de confisquer leur passeport, avant qu’ils n’acceptent la mise en quarantaine, à Saly.

Quant au journal Enquête, il fait un zoom sur l’attribution des licences de pêche.

« 49 bateaux pillent les eaux sénégalaises. 52 autres vont venir les rejoindre, si les licences sont octroyés », précise Enquête, indiquant que le Sénégal perd chaque année 150 milliards de FCFA, à cause de la pêche illicite non déclarée.

« C’est une pêche illicite que l’on essaie de rendre licite », selon le Dr Ibrahima Cissé de  Greenpeace, cité par le journal.

Toutinfo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.