COMMENTAIRE : Alors, «l’heure n’est plus grave» Monsieur le Président?

POINT DE VUE : Ce lundi 11 mai 2020, le Président de la République  a parlé aux Sénégalais pour la troisième fois depuis la découverte du patient zéro, le 02 mars dernier.

Le discours laisse place à de nombreuses interprétations par la vox populi.

Si les uns trouvent leur compte dans l’assouplissement des mesures liées au couvre-feu : ouverture des lieux de culte, marchés, loumas et le 02 juin pour les écoles, d’autres appellent à la prudence du fait que le virus est toujours parmi nous. Pis encore, il se propage à une vitesse grand V comme jamais.

Dans son discours de ce lundi, Macky Sall fait tout le contraire de ce qu’il disait dans son message solennel à la nation du 23 mars 2020, alors que le pays ne comptait que 25 cas et zéro décès que « l’heure est grave», ou «nous sommes en guerre.»

 Comme toujours, les collaborateurs  du chef de l’Etat ont dû «copier-coller» en nous vendant le Sologan : «Restez chez vous.» Pendant plus de deux mois, les médias et les autorités, nous ont rabâché ce mot d’ordre.

Deux mois après, le Covid-19 continue sa funeste diffusion dans le pays, avec 15 départementaux touchés, Touba et Dakar en vrais clusters du virus affichent des centres de traitement saturés, avec à  ce jour, 1886  déclarés positifs dont 715 guéris, 19 décédés  et donc 1151 sous traitement au Sénégal.

 Le même président de la République fait une volte-face et nous sert comme si l’heure n’est plus grave : «Il faut apprendre à vivre avec le virus.» Le dicton «Restez chez vous» est devenu «Sortez, mais soyez prudents.»

Et sans savoir sur quelle modélisation se base le président de la République, il annonce un brin alarmiste que le Covid-19 pourrait rester au Sénégal jusqu’en août ou septembre prochains.

C’est à ne rien comprendre de ce Plan de riposte supposé vaincre le Covid-19 !

Au fait, il y a trop de non-dits, des incohérences,  bref un pilotage à vue manifeste dans la stratégie de lutte du gouvernement.

Une évaluation sommaire montre qu’aucun des objectifs initiaux n’a été atteint. Il faudra trouver les raisons de ce qui n’a pas marché.

Avec 1000 milliards pour financer le Fonds Force Covid-19, une loi d’habilitation, le peuple a remis les moyens, tous les moyens «au Général Macky Sall» et à ses collaborateurs. Ils ont maintenant l’obligation de résultats.

Vouloir se défausser sur une prétendue «indiscipline des Sénégalais» qui ont vécu sans gémir le couvre-feu assorti de l’état d’urgence, de la fermeture des écoles, des marchés, des lieux de culte et du transport interurbain relève de la mauvaise foi. L’heure est venue pour Sall de faire son introspection au lieu  de faire la politique de l’autruche.

La vérité, c’est que le Sénégal n’a jamais eu de Plan de riposte Covid-19.  Donc, notre pays n’a jamais mis œuvre un Plan de riposte Covid-19.

Tout ce qu’on a vu, c’est l’application de mesures et de concepts importés d’Europe, pour être exact, de la France de Macron et qui ne sont pas forcément valables ici.

La conséquence, c’est que pour un virus dont  le taux mortalité est de moins de 1% en Afrique, le Sénégal a mis en arrêt pendant deux mois sa machine économique pour le résultat que l’on sait. Tout ça pour ça !

Mamadou SARR (Toutinfo.net)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.