CORONAVIRUS : Couvre-feu bien respecté aux Parcelles assainies

SANTÉ/SÉCURITÉ : Le premier jour de l’entrée en vigueur de l’État d’urgence, assorti du couvre-feu a été bien respecté, dans les Parcelles assainies, ce mardi 24 mars 2020.

A 18 heures, le marché Dior haut de rendez-vous de l’offre et de la demande, les commerçants propriétaires de souks et tabliers avaient baissé leurs rideaux.

Ce marché si grouillant de monde à cette heure était étrangement vide et calme.

Une voiture remplie de vigiles de la mairie monte la garde.

Au niveau du garage spontané de conducteurs de clandos, on joue la montre.

 » Je veux faire un dernier voyage avant 20 heures pour avoir de quoi acheter de l’essence. Ça va être dur. C’est le soir que je faisais le plus de bonnes affaires », confie un jeune conducteur, avec une coiffure « dabala ».

Arrivé, au garage des  » clandos » de l’unité 7, nous descendons, de l’habitacle de ce voiture et tombons sur des policiers, preuve que quelque chose d’inhabituelle se prépare: LEtqt d’urgence, assorti du couvre-feu.

Dans les rues, des Unités, 3,2 et Cité Fadia, le passants se bousculent pour prendre qui le dernier clandos, le dernier Tata, le dernier, ou dernier Car rapide pour rentrer et ne pas se faire prendre.

A 20 heures, on entend le fort bruit des rideaux métalliques des boutiques qui ferment en même temps si elles s’étaient passées le mot.
 » Boy, je rentre . On poursuit la conversation ai téléphone, sinon, la police va nous arrêter à cause du couvre-feu « , lance en courant, un jeune à son copain.

( Toutinfo.net )