Toutinfo Bréves

YOUSSOU DIALLO, PRESIDENT DU CSE : « Le Président de la République a pris les mesures urgentes et nécessaires »

ENTRETIEN : Dans cet entretien, le président du Club Sénégal, par ailleurs président du Conseil d’administration de la SONACOS évoque la crise du coronavirus au regard des mesures fortes prises par le chef de l’Etat.

Il invite également le gouvernement à anticiper les effets négatifs du Convid-19 sur l’économie et sur le plan social.

TOUTINFO.NET : Comment appréciez-vous les mesures draconiennes annoncées par le président ?

YOUSSOU DIALLO: Je pense que le Président  de la République a pris les mesures urgentes et nécessaires par rapport à la situation.

 Je crois que c’est une série de mesures nécessaires. Nous souhaitons qu’il n’aille pas au-delà. Nous souhaitons que l’épidémie ne dépasse pas le stade 3.

Je pense que le président a pris la mesure de la situation. On est passé de 2 cas à 36 cas. Je pense qu’il fallait prendre en compte ce niveau d’infection et les spécificités de la société sénégalaise avant d’interdire les rassemblements publics et religieux où domine le communautaire.

Au niveau de la communauté musulmane, il y a les confréries. Cette période coïncide avec l’organisation de beaucoup d’événements religieux. Il fallait prendre en compte tout cela.

Du point vue religieux, le Sénégal est un pays compliqué. Les communautés religieuses sont acceptées comme participant au développement humain.

Par conséquent, le Président de la République n’a pas pris ses décisions sans se concerter au préalable avec les leaders religieux.

On a vu l’adhésion des guides religieux dans une belle symphonie patriotique. Il faut aussi saluer cette belle unanimité de la classe politique par rapport aux mesures appropriées qui ont été prises. En vérité, aujourd’hui, il s’agit d’un péril national.

La situation est alarmante, au regard du nombre de cas ?

Nous souhaitons que le nombre de cas s’arrête là. Mais, il faut signaler que la plupart des cas sont importés parce que le Sénégal est la porte de l’Afrique avec un aéroport international.

Nous sommes un pays touristique. Nous sommes un pays ouvert avec des frontières avec de nombreux pays. De ce point de vue, nous sommes plus exposés que d’autres pays au coronavirus.

Etes-vous satisfait de la gestion de la crise du Convid-19 qui demande beaucoup de moyens?

Il faut saluer l’action du ministre de la Santé et du personnel médical. Le coronavirus, n’est pas seulement une affaire du ministre de la Santé. C’est une affaire de toute la nation et de la diaspora.

Je crois que, le coronavirus est géré de manière efficace et intelligente. Si nous faisons beaucoup de prières et en ne sombrant pas dans la panique, nous allons vaincre le coronavirus.

Je crois qu’il faut aller au-delà du montant dégagé initialement. Nous devons prendre des mesures concrètes en allant vers une loi de finance rectificative pour anticiper sur les conséquences économiques négatives du coronavirus. N’oublions pas que la communauté la plus touchée par le coronavirus est la diaspora qui envoie par an plus de 1000 milliards de francs CFA.

 C’est à prés ¼ du produit intérieur brut. Cela peut avoir des conséquences sociales. Dans les pays où sont les Sénégalais de l’extérieur, l’économie ne tourne plus.

Donc, il n’ y a pas que la lutte sanitaire. Il y a aussi des conséquences indirectes sur les entreprises et les familles.

Propos recueillis par Mamadou SARR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.