ILS CONTINUENT DE DONNER LA DQ: L’insoutenable calvaire des retraités

 SOCIETE: La retraite n’est pas synonyme de repos mérité, au Sénégal. Bien au contraire,  les retraités vivent un véritable calvaire.

 «Tout le monde sait que ce que l’on gagnait par mois ne nous permettait pas de survivre. Donc, si on te donne le tiers, n’en parlons pas. C’est dure vraiment, mais Dieu merci», déplore   un retraité qui préfère garder l’anonymat.

Selon lui, la pension de retraite que perçoivent les retraités est dérisoire parce ne pouvant pas couvrir tous les besoins des retraités.

Car contraire à ce qu’on pense, certains retraités bien qu’étant inactifs, continuent à donner la dépense quotidienne (DQ) et à subvenir aux frais de scolarité de certains de leurs enfants jeunes.

« J’ai commencé à travailler en 1974 dans une entreprise qui s’appelait la société africaine et industrielle du bois  (SAIB) qui avait aussi d’autres fonctionnalités comme la carrosserie, la mécanique.

Jusqu’en 1985, la société est allé en faillite et a fermé. Alors, nous avons reçu nos indemnités. Sur ce, j’ai ouvert mon atelier avec des amis de 1985 à 1986.», se rappelle  Elhadj Cheikhou Oumar Samb, aujourd’hui à la retraite.

«Avec les dossiers que j’avais à la SAIB, je suis parvenu à déposer à l’IPRES pour obtenir une pension de retraite. Ce que je perçois n’est pas beaucoup, mais je m’en remets à Dieu parce qu’il y’en a d’autres qui ne l’ont pas », dit-il faisant contre mauvaise fortune, bon cœur.

« Depuis ce moment, je continue à travailler, mais difficilement car si on prend de l’âge, la force physique diminue », fait-il remarquer.

D’après le vieux Samb,  il n y a pas un retraité dans ce pays qui peut vivre convenablement, avec sa retraite.

Selon lui, ce sont les retraités qui continuent à payer l’électricité, l’eau et la nourriture, surtout dans un contexte de hausse des denrées de premières nécessités.

«Il y a en  des vieux qui sont à la retraite et qui ne sont  pas capables de se payer un sac de riz avec leur pension», révèle notre interlocuteur.

M. Samb reconnaît, par ailleurs, que l’Etat du Sénégal a récemment fait un effort pour les retraités en  consentant une légère hausse.

Cependant, les néo retraités courent toujours derrière leurs indemnités de retraite.  

Selon, lui, l’État refuse jusqu’ici de payer les indemnités de départ à la retraite de certains agents.

«Depuis bientôt deux ans, nous courons derrière nos indemnités de départ à la retraite. En 2018, nous avons eu 23 départs à la retraite et 6 cas de décès qui n’ont pas été pris en charge par l’Etat. En 2019, 50 travailleurs sont partis à la retraite sans aucun centime. Nous réclamons à l’État du Sénégal 441 millions de francs CFA », avait déclaré Amadou Djiby Diagne, président des cheminots à la retraite, lors d’un sit-in le 28 janvier dernier

( Badou NGUER )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.