CHRONIQUE : De quoi la sortie de l’ancien Premier ministre est-il le nom ?

Par Abdoulaye CISSE

POINT DE VUE : Bounn Abdallah Dionne qui dénie jusqu’à la nationalité sénégalaise à l’ancien enquêteur de l’OFNAC qui a établi le rapport d’audit sur la gestion de Cheikh Oumar Hann, directeur général du  COUD à l’époque.

Au-delà de la fourberie de l’ancien chef de gouvernement, il faudrait peut-être qu’on commence dès à présent à demander à ceux qui ont des responsabilités publiques de prouver qu’ils n’ont qu’une et une seule nationalité.

Dans le gouvernement déjà, ils seraient peu nombreux à pouvoir dire qu’ils sont exclusivement Sénégalais !

On croyait vraiment révolu le temps où l’Occident nous envoyait des barbouzes pour semer le chaos dans nos pays pour placer leur pion.

Sérieusement, on pensait que ces choses là appartenaient à l’histoire, et les mercenaires d’alors étaient au moins un toubab. Mais là, le traitre est parmi nous, semble-t-il.

Donc nous en fait, même avec la toute-puissance caractérisée d’un Etat, un blanc peut venir de là-bas, un Français venir de sa France, infiltrer un service aussi sensible que l’OFNAC, bidouiller un rapport qui tient en haleine tout le pays, et retourner tranquillement chez ses parents Alsaciens, en nous laissant nous dépatouiller dans le joyeux bazar qu’il aura créé avec son rapport d’enquête !!!

Évidemment on ne croit pas un traitre mot de la sentence de l’ancien Premier ministre Boun Abdallah Dionne qui se trompe d’époque et de saison.

Peut-être qu’il est sorti un peu trop tôt de son hibernation et qu’il est ébloui et étourdi par la lumière qui jaillit des rapports de contrôle des services et établissements publics. 

On ne comprend même plus pourquoi tout le monde veut coûte que coûte défendre un homme pourtant signalé et rattrapé par toutes les patrouilles : Du président Macky Sall au collègue ministre de l’ancien directeur du COUD, passé depuis ministre de l’Enseignement supérieur en passant par le dernier chef du gouvernement.

Sérieusement, qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête de Boun Abdallah Dione pour nier jusqu’à la nationalité sénégalaise de l’enquêteur Pape Ibra Kébé.

On s’y prend vraiment mal dans la stratégie de jeter le discrédit sur l’auteur du rapport de l’OFNAC sur le COUD, et si c’est le seul argument que les tenants du pouvoir ont trouvé, c’est que l’opération « sauver le soldat Hann » est devenu périlleuse.

Ce débat sur la nationalité d’un Sénégalais pourtant bon teint, fut-il binational comme un certain nombre de ministre du gouvernement actuel, est détestable.

On n’a juste envie de faire jurer l’ensemble des membres du gouvernement qu’ils sont exclusivement Sénégalais.

 Car si on suit la logique de Boun Dionne ce serait grave de confier les finances du Sénégal à quelqu’un qui a une double nationalité, le Pétrole et nos ressources à quelqu’un qui est Sénégalais et quelques choses d’autres, les Affaires étrangères à un Sénégalo-turc, la défense à un Sénégalo-suisse, l’Intérieur à un Sénégalo-américain, l’Education à un Mantais résidant du Val-fourré, citoyen Français bien sûr . . .

On ne parle même pas du plus canadien des membres du gouvernement.

On est d’accord qu’ils sont tous d’abord Sénégalais et ce n’est pas parce que quelqu’un est exclusivement Sénégalais qu’il aurait le monopole de l’amour de la patrie.

Entre celui qui détourne l’argent public et celui qui met le doigt sur les cas de prévarications de nos ressources, il n’y a même plus débats sur celui qui rend le plus service à la nation.

La sortie de l’ancien chef du gouvernement est une insulte au patriotisme de tous ces compatriotes que le monde accueille et s’enorgueilli de pouvoir leur offrir une nationalité qui n’est que sur le papier.

Des compatriotes qui ne manquent jamais de hisser très haut le drapeau du Sénégal à chaque fois que l’occasion se présente.

Heureusement que demain, tous ces binationaux du gouvernement ne devraient pas pouvoir s’enfuir dans leur deuxième pays sans rendre gorge de l’argent détourné.

La justice internationale passera pour qui croit pouvoir y échapper en se prévalant de la nationalité de son pays d’adoption.

Permettez, d’ailleurs, que je fasse mon coming out tout de suite : je suis moi-même tri-national : Sénégalais, Gambien et Français et je postule pour une 4éme nationalité exotique que je prendrais avec joie et fierté.

Mais croyiez bien que personne n’aime ce pays plus que moi, et j’aime mes autres pays aussi et je n’en trahirais aucun pour l’autre.

Dans un pays où les hommes sont foncièrement polygames sans être injustes avec l’une ou l’autre des épouses, ça doit être facile à comprendre : Il n’y a que Bounn Dionne qui manifestement ignore que c’est bien possible tout ça.

Pardon pape Ibra Kébé, reviens chez toi quand tu veux, personne ne nous fera croire que tu n’es pas des nôtres.

Abdoulaye Cissé

Journaliste – Éditorialiste

RFM Dakar – Le 10/02/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.