ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET TECHNIQUES : Le Professeur Abdou Sène rappelle les enjeux

RECHERCHE : Le thème : «Enjeux des sciences et techniques pour l’Afrique » a été abordé par le Professeur Abdou Sène, enseignant-chercheur à l’UVS, devant les étudiants de ISI Keur Massar, Samedi dernier.

C’était dans un amphithéâtre rempli à moitié d’étudiants, des membres de  l’administration scolaire et de quelques invités.  

 D’emblée, M. Sene, enseignant-chercheur, en mathématiques a insisté sur l’importance des mathématiques, en affirmant qu’elles constituent la base fondamentale pour l’enseignement des sciences et techniques.

Cependant, il déplore que les mathématiques sont malheureusement reléguées au second plan par les étudiants.

Le conférencier a  ensuite  mis l’accent sur l’histoire des mathématiques, en indiquant qu’elles ont été utiles aux Egyptiens qui ont construit des pyramides avec elles par le biais des philosophes et mathématiciens grecs  Thalés et Pythagore.

REVOLUTION NUMERIQUE

En outre, M. Sene a évoqué les différentes étapes de la révolution industrielle.

 Selon lui,  nous assistons au 21e siècle à la 4eme révolution industrielle et numérique.

« Il serait important que les gens réfléchissent sur ça pour qu’il n’y est pas de surprise », suggère Abdou Sène.

Il est aussi revenu sur  la situation de l’Afrique, qui est, à ses yeux,  le mauvais élève  en matière de  sciences et techniques.

Et ce retard se reflète, d’après Abdou Sène à travers notre pauvreté. Pour lui,  le manque de formation adéquate reste  également un handicap fondamental pour le développement de l’Afrique.

A titre d’exemple, il a indiqué qu’il y a un grand paradoxe entre le niveau de développement et les énormes potentialités  de l’Afrique qui détient 12% des réserves mondiales de pétrole,42% des réserves d’or, plus de 80% des réserves de métaux du groupe chrome et du platine,60% des terres arables non cultivées.

« ON PEUT ALLER LOIN GRACE AU NUMERIQUE… »

 « On peut aller très loin grâce au numérique, mais il faut aider la jeunesse en mettant les formations nécessaires. L’économie du numérique n’est pas que des chiffres, c’est une réalité. Nous avons la jeunesse pour s’en sortir, le potentiel est là», a souligné avec force conviction le Pr Abdou Sène, estimant que le gouvernement doit apporter son concours pour renverser la tendance.

 En terminant, il suggère au gouvernement de mobiliser la diaspora scientifique, réformer le mode de désignation des hauts fonctionnaires et  ériger l’intelligence économique, en priorité.    

Wely NGOM                       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.