Toutinfo Bréves

UNION EUROPEENNE : Huit femmes sont désormais à la tête d’un État

POLITIQUE/GENRE : Alors qu’Ekaterini Sakellaropoulou vient d’être élue présidente de Grèce, tour d’horizon des femmes qui sont actuellement premières ministres ou cheffes d’État au sein de l’Union européenne (UE).

Ekaterini Sakellaropoulou, élue ce mercredi présidente de la République en Grèce, rejoint le cercle encore restreint des femmes occupant l’une des plus hautes fonctions de l’État dans un pays de l’Union européenne. En comptant l’élue grecque, elles sont actuellement huit à occuper ce type de poste, dont la charge est parfois honorifique.

• Angela Merkel en Allemagne

La chancelière dirige depuis 2005 la première puissance économique européenne. Elle a été réélue par les députés pour un quatrième mandat en mars 2018, affaiblie toutefois après des législatives où sa famille politique a enregistré un score historiquement bas: il a fallu cinq mois pour constituer un gouvernement de coalition. Première femme à accéder à cette fonction en Allemagne, elle a été désignée plusieurs fois «femme la plus puissante du monde» par le magazine Forbes.

 Sophie Wilmès en Belgique

Cette libérale francophone de 44 ans a été nommée première ministre par intérim en octobre par le roi Philippe. Elle a succédé à Charles Michel, devenant la première femme à occuper ce poste en Belgique. Le gouvernement de Mme Wilmès ne fait toutefois que gérer les affaires courantes: le royaume n’a plus de gouvernement de plein exercice depuis décembre 2018. Les négociations pour former une nouvelle coalition piétinent depuis les élections législatives de mai dernier qui ont encore davantage morcelé le paysage.

Kolinda Grabar-Kitarovic en Croatie

Cette conservatrice de 51 ans est depuis 2015 présidente de la Croatie, un poste largement honorifique. La première cheffe de l’Etat croate va toutefois céder son poste le 18 février au social-démocrate Zoran Milanovic, qui l’a battue au second tour de l’élection présidentielle le 5 janvier.

Mette Frederiksen au Danemark

Après avoir remporté les législatives, la cheffe de file des sociaux-démocrates a formé son gouvernement en juin, devenant à 41 ans la plus jeune première ministre de l’histoire du pays.

Kersti Kaljulaid en Estonie

L’ancienne membre de la Cour des comptes européenne est devenue en octobre 2016 la première présidente de l’Estonie. Élue par le Parlement, elle occupe un poste essentiellement honorifique.

Sanna Marin en Finlande

Cette sociale-démocrate est devenue le 10 décembre 2019, à 34 ans, la plus jeune cheffe de gouvernement en exercice de la planète. Elle a cependant été détrônée en janvier par Sebastian Kurz, investi à l’âge de 33 ans pour un second mandat à la tête du gouvernement autrichien.

 Zuzana Caputova en Slovaquie

L’avocate libérale et militante anticorruption investie le 15 juin, est la première femme à conquérir la présidence slovaque. Bien que novice en politique, elle avait largement battu, en mars, le candidat du parti au pouvoir.

Ailleurs en Europe

En dehors de l’UE, des femmes occupent des hautes fonctions en Norvège (Erna Solberg, Première ministre), en Islande (Katrin Jakobsdottir, Première ministre), en Georgie (Salomé Zourabichvili, présidente) et en Serbie (Ana Brnabic, présidente du gouvernement).

Toutinfo.net (avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.