CONTRIBUTION : Alioune Thiam, aka AKON, Un Patriote Bon Teint Te Voit!

POINT DE VUE : La notion de double-nationalité qui a été évoquée durant l’élection présidentielle mérite d’être revue plus sérieusement, car elle permet à son titulaire de pouvoir jouer sur deux tableaux pour servir ses intérêts au détriment d’une Nation. Le cas de Akon avec ses deux projets «Akon lights Africa» et «Akon city» en sont de bonnes illustrations.
C’était lors d’une cérémonie «Coca-Cola’s Africa day celebration» un 27 mai à Atlanta que Akon a introduit son agenda philanthropique baptisé «Akon lights Africa», une semaine après que son ami Thione Niang, et Samba Bathily aient présenté aux Nations unies, lors de la conférence sur les «Energies renouvelables pour tous» à New York, leur programme d’énergie solaire à Bamako, au Mali.
C’était devant les autorités de Coca-Cola et de leurs invités de la diaspora que Akon a, d’après Global Atlanta du 1er juin 2015, dans sa rubrique Africa-Mali business, signée par Trevor Williams, déroulé son programme «humanitaire» avec une stratégie à la fois honteuse et apatride.

La stratégie de Akon
Vous pouvez me croire quand je vous dis que je ne suis pas contre le fait de faire du business. C’est la discipline que j’ai apprise et que j’ai exercée dans mon cher Sénégal et ici aux Usa. Quant à l’humanitaire, j’ai eu une Ong légale ici aux Usa qui a combattu le paludisme dans mon Djolof natal pendant six (6) années consecutives.
S’agissant des élus dans les zones où il compte dérouler son programme «humanitaire», selon la source citée plus haut reprise par The Corge dans son article Konvict music is right : Why Akon’s new scumbag “philanthropy’’ is the worst thing for Africa, Akon préfère la manipulation. Akon est cité dans les deux articles disant ceci :
«In Africa, you’ve gotta manipulate them. You have to. You have to trick ‘em. No, like, really : You’ve gotta trick ‘em,.» La traduction donne : «En Afrique, tout ce que tu as à faire (s’agissant des autorités), c’est de les rouler dans la farine. “Da nga leen di mbappu’’»
https://www.globalatlanta.com/singer-akons-unconventional-…/
https://thecorge.wordpress.com/…/konvict-music-is-right-wh…/

Le projet «Humanitaire» «Akon lights Africa» s’articule autours de trois points :
1. Il va dans un pays africain où les élections sont imminentes et propose de donner à quelques zones rurales de l’éclairage solaire gratuitement.
2. Une fois que certains villages ont l’éclairage solaire, cela créera une pression sur les autorités, car l’électorat des villages environnants va l’intégrer dans leurs doléances.
3. Cette pression au moment des élections sera si forte que les autorités qui ne cherchent que des voies seront obligées de courber l’échine et accepter les contrats que Akon leur proposera.
Que va gagner Akon dans tout cela ? Une facilité de credit à hauteur d’un milliard de dollars américains ($1billion) de Jiangsu international group, une structure de construction du gouvernement chinois. Qui va payer cette ligne de credit d’un milliard de dollars ? Pas lui, paraît-il ! Ce qui rend le deal plus révoltant, c’est que les communautés qui achèteront cet éclairage solaire seront obligées de se «marier» à vie avec la Chine pour les pièces de rechange.
Les anciens techniciens de l’agriculture sénégalaise sont encore vivants. Allez-y demander à mon grand-père Amadou Diao Ndiaye, ancient Inspecteur regional de l’agriculture du Sine-Saloum des années 1970. Il pourra vous parler des tracteurs de la Banque mondiale qui sont restés immobilisés, faute de pièces de rechange à des prix onéreux.
Pour en finir avec «Akon lights Africa», une large campagne publicitaire fut lancée sur les réseaux sociaux quand le Président Barack Obama allait en visite au Kenya. On pouvait voir l’image de Akon avec un certain Thione Niang. J’ai présenté sur un post le lien de l’article Konvict Music… Une dame qui est amie à l’épouse de l’ambassadeur des Usa à Dakar de l’époque s’en était tellement offusquée qu’elle m’avait demandé de ne plus intervenir sur son mur Facebook.
J’ai eu à essuyer les foudres du fans club de Akon sur Twitter. Quand ils m’ont attaqué verbalement, je leur ai fait savoir que je suis la mauvaise cible, car je ne suis pas l’auteur des articles cités. Ici aux Usa où résident les auteurs, un simple procès aurait suffi pour éclairer la situation et laver votre idole à grande eau.

Akon et sa ville futiriste : «Akon City»
Le 8 décembre 2019, une ancienne amie de faculté aux Usa, Ms. Allison Windfield, m’envoya un message tard dans la nuit pour me demander ce qu’il en est de cette ville futuriste de Akon. J’ai pris le temps de lire l’article relatif à cette ville. Ce qui me paraissait curieux et inacceptable, c’est qu’il est dit que Le Président Macky Sall lui a donné «2 000 acres». Quand j’ai fait la conversion, cela équivaut à 8 millions 093 mille 713 mètres carrés. J’avais tellement honte que mon pays ait été perçu par tous ceux qui me connaissent aux Usa comme un pays de «M***e» que n’importe qui peut acheter, tellement on est corrompu et le seul et unique moyen de se prémunir de cette corruption en Afrique est pour Akon de créer sa propre monnaie «Akoin». J‘ai répondu furtivement : Macky lui-même n’a pas 8 millions 093 mille 713 mètres carrés, à plus forte raison que de les donner ! J’ai commencé immédiatement mes recherches pour finalement tomber sur un article publié sur le site Au-Senegal.com dans lequel on parle de la Cité Verte de Mbodienne. Dans cet article, le mémorandum signé entre la Sapco et Akon est de 50 ha, équivalent à 50,000 mètres carrés. Peut-on parler d’exagération, de fake news ou de mensonges ?
https://cbs4indy.com/…/akon-creates-his-own-city-called-ak…/
https://www.au-senegal.com/cite-verte-de-mbodienne-la-visio…

Ce qui fait le plus mal dans tout cela, c’est que cette folle histoire est publiée sur les sites les plus visités aux Usa (Cnn, Wttv, et Fox News).
La page de Fox News, c’est celle où on trouve les racistes et les «White supremacists». Je me suis amusé à lire les réactions des lecteurs de cette page. Pendant que certains, avec beaucoup d’ironie pensent que Akon va créer la ville imaginaire Wakanda du film Black Panther, d’autres en ont profité pour lancer leurs propos racistes comme Harry T. Bagger qui dit ceci, parlant des Noirs : «Great ! A place to send them all back ! Maga !» «Génial ! Un bon endroit de les y retourner, tous !» «Kag ! Trump 2020 ! Maga !» Tenez-vous bien, ces expressions ou acronymes sont les slogans du Président Trump. Maga = Make America great again. Kag = Keep America great.
https://www.foxnews.com/…/akon-announces-futuristic-akon-ci…

Akon et son cryptocurrency :
Dans la publication de Grit Daily du 17 janvier 2020, Akon nous précise ses raisons pour l’utilisation de son «cryptocurrency» qui n’est rien d’autre qu’une monnaie électronique qui fonctionne avec l’existence d’une base de données appellée Blockchain. La fiabilité de cette base de données et la confiance qu’on porte sur celle-ci sont des facteurs déterminants pour juger de la crédibilité de cet instrument.
Il est dit dans cet article que l’utilisation de ce «cryptocurrency» est pour protèger «sa ville» contre les remous politiques et les pratiques économiques instables.
Si je comprends bien, le «cryptocurrency» de Akon dans «sa ville» est basé sur un Blockchain privé dont l’accès n’est possible que par permission centralisée. Si c’est le cas, on ne parle pas de «cryptocurrency, mais plutôt d’une alternative appelée «Ripple».
La monnaie est quelque chose qui est sous le contrôle d’un Etat. Pour le cas d’espèce, le contrôle échappe à l’Etat. Le cas recent de la «Libra cryptocurrency» de Facebook, Visa, Mastercard… qui a créé beaucoup de vagues et Paypal qui était suppose être un partenaire de taille se débine, quand ils ont voulu aller à l’international, la France et l’Allemagne ont catégoriquement refuse, car ils ont vu un problème de menace de leur souveraineté. A moins que le Président Macky Sall ne lui donne le Ok pour installer son «cryptocurrency», je ne vois pas comment sa mise en application est possible.
L’histoire récente des «cryptocurrencies» a fourni les résultats spectaculaires. Des magouilles à n’en plus finir, don’t cinq responsables du «cryptocurrency» «BitClub» sont accusés de «truandailles» à hauteur de $722 millions.
J’ai pensé que ce serait lâche que de ne pas clarifier les agissements de Akon sur le net, relatifs à mon cher Sénégal et à l’Afrique tout entière. Le faire est un devoir citoyen qui vient d’un Patriote Sénégalais, bon teint.

Bouna Sémou NDIAYE
Producer & Host of
“Bonjour Africa”
barrometre1@gmail.com
WNCU 90.7FM (U.S.A.)
WRTU 89.7FM (Porto Rico)