Grande-Bretagne : Meghan Markle « capricieuse », le prince Harry qui « trahit la Reine » : Stéphane Bern ne digère pas le « Megxit »

PEOPLE : Il n’a pas la langue dans sa poche. Stéphane Bern l’a prouvé une nouvelle fois en livrant son point de vue sur la décision de Meghan Markle et du prince Harry de s’éloigner de la couronne britannique. 

C’est une affaire qui secoue le Royaume-Uni presque autant que le Brexit.

Depuis que Meghan Markle et le prince Harry ont annoncé, la semaine dernière, vouloir se mettre en retrait de leurs obligations royales, les Britanniques sont sous le choc. Et il semblerait qu’ils ne soient pas les seuls.

 En France, le spécialiste des têtes couronnées, Stéphane Bern, a lui aussi du mal à digérer la nouvelle. Alors qu’une réunion de crise est prévue aujourd’hui entre le prince Harry, la Reine Elizabeth II, le prince Charles, et le prince William, l’animateur a livré son point de vue sur le « Megxit » à nos confères du Parisien.

 Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas tendre avec Meghan Markle. « Meghan aurait dû se douter qu’en épousant le prince Harry, elle épousait 60 millions de Britanniques », tacle-t-il.

Pour lui, cette décision de vivre une partie de l’année au Canada s’apparente à un « mal-être » et à un « caprice ». 

« Ils ne rompent pas totalement le lien car ils veulent le beurre et l’argent du beurre, les droits accordés à la famille royale sans les devoirs qui y sont associés », fustige, en outre, Stéphane Bern. Avant d’enfoncer le clou : « On ne peut pas dire que l’on veut continuer à profiter de la vie de palais tout en trahissant la Reine ».

Meghan Markle et le prince Harry : une pression médiatique trop forte

Pour rappel, mercredi dernier, dans un long post publié sur Instagram, les parents d’Archie avaient annoncé vouloir « travailler pour devenir financièrement indépendant » et vivre entre le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord, dont Meghan Markle est originaire.

 Une décision qui avait été prise « après de nombreux mois de discussions » et qui, selon les spécialistes, serait liée à la vive pression médiatique subie par le duc et la duchesse de Sussex.

Toutinfo.net(avec Fémina.fr)