Ligue des champions: l’OL arrache sa qualification pour les huitièmes

FOOTBALL : Soirée intense pour l’Olympique lyonnais mardi 10 décembre au Groupama Stadium. Opposés au RB Leipzig, les Gones ont d’abord sombré avant de se ressaisir et d’arracher un match nul (2-2) synonyme de qualification in extremis pour les huitièmes de finale.

L’OL pousse un gros ouf de soulagement. Evidemment, tous les soucis qui empoisonnent le quotidien des Lyonnais depuis le début de la saison ne se sont pas envolés en une soirée. Mais les Gones ont rempli leur mission. Avec difficulté, au forceps, mais le résultat est là : en février, Lyon sera au rendez-vous des huitièmes de finale de la Ligue des champions UEFA. Le club du Rhône a obtenu sa qualification ce mardi 10 décembre face au RB Leipzig (2-2).

Une première période cauchemardesque

Les joueurs de Rudi Garcia savaient qu’une victoire leur offrirait à coup sûr ce qu’ils visaient. Avant de débuter cette rencontre couperet du groupe G face aux Allemands – déjà qualifiés pour la suite de la compétition –, Memphis Depay, ses coéquipiers et tous les membres de l’escouade lyonnaise assuraient qu’ils seraient à bloc pour aller chercher leur Graal. Autant dire que ces intentions ont été largement piétinées au cours d’une première période cauchemardesque.

Les Lyonnais ont multiplié les erreurs techniques durant les 45 premières minutes. Dès le début du match, Anthony Lopes se met à la faute en fauchant Yussuf Poulsen dans la surface. Emil Forsberg ne s’est pas fait prier pour transformer le penalty (9e). Rebelote à la demi-heure de jeu avec une faute de Lucas Tousart sur Christopher Nkunku dans la zone où ça ne pardonne pas. Deuxième penalty pour Leipzig, et cette fois, c’est Timo Werner qui a fait mouche (33e).

Au moment du coup de sifflet sonnant la fin du premier acte, des huées tombaient des tribunes du Groupama Stadium. Les supporters n’ont clairement pas aimé la prestation très insuffisante de leur équipe, menée et alors éliminée.

Aouar et Depay ressuscitent Lyon, fin de match houleuse avec les fans

Sans doute secoués à la pause, les Gones sont revenus sur le terrain avec de bien meilleures intentions. Un réveil symbolisé par le superbe but de Houssem Aouar. La frappe enroulée du milieu de terrain a terminé au fond des filets (50e) et ragaillardi l’OL. Pendant ce temps-là, au Portugal, le Benfica Lisbonne ne laissait aucune chance au Zénith Saint-Pétersbourg (score final 3-0). Les calculs étaient alors simples : Lyon, mené 2-1, était toujours 4e et dernier du groupe E, mais un seul but lui permettait de se hisser à la 2e place.

Alors, le Groupama Stadium a poussé un OL plus convaincant mais pas non plus souverain. Et alors que l’espoir s’amenuisait et que Leipzig menaçait, Memphis Depay a sauvé son club. Pas en réussite plus tôt, le Néerlandais a fini par trouver la faille d’une frappe en pivot (82e). Le capitaine était attendu pour ce match : ce fut laborieux, mais il a tenu son rang. A 2-2, tout le monde ou presque était content : Leipzig était 1er et Lyon 2e.

Malgré quelques frayeurs jusqu’au bout, Rudi Garcia et ses hommes n’ont pas craqué. Pas de victoire donc, mais un match nul auquel on n’osait croire à la pause : avec la victoire du Benfica, voilà Lyon qualifié pour les huitièmes de finale. Soirée d’euphorie au Groupama Stadium ?

Pas tout à fait, car les scènes de joie à la fin de la rencontre ont été éclipsées par la rixe entre les joueurs et une frange de supporters. A l’origine : un vieux contentieux entre le défenseur Marcelo et les fans. Certains de ces derniers ont sorti une banderole hostile au Brésilien, ce qui a profondément irrité les Lyonnais, Memphis Depay en tête. Le capitaine a dû être retenu par la sécurité avant que la situation ne dégénère… Les supporters auraient aussi peu apprécié que les joueurs ne viennent pas saluer leur tribune. Bref, une vraie soirée paradoxale dans la capitale des Gaules.

Toutinfo.net (avec RFI)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.