INFORMATIONS SCIENTIFIQUES: Le Sénégal projette de lancer son premier satellite

EDUCATION:« Je suis content d’être ici devant vous au nom du Dr Cheikh Oumar Anne, ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation », a débuté le secrétaire général du ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation, Malick Sow.  

Ajoutant : « Après une concertation sur l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation, sur onze décisions prises par le chef de l’Etat Macky Sall, la première était le fait d’amener l’éducation et la recherche à un niveau considérable. Raison de notre présence pour leur montrer notre soutien indéfectible ».

Il s’exprimait à l’ouverture  de la conférence sur l’apport des mathématiques à la résolution des problèmes liés à l’énergie, à l’hôtel Ngor Diarama, à Dakar.

La rencontre est Co organisée par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal et de l’académie nationale des sciences et techniques de la France.

LANCEMENT DU PREMIER SATTELITE

«Les participants vont débattre de l’utilité des mathématiques par rapport à la gestion de l’eau, à la maîtrise de l’énergie et à l’épidémiologie », a poursuivi le représentant du ministre de l’Enseignement supérieur.

Le représentant du ministre de l’enseignement supérieur renseigne qu’un accord a été trouvé avec l’Arian Group France pour obtenir une unité d’assemblage micro satellitaire pour le lancement de notre premier satellite sénégalais.

M.Sow  est revenu longuement sur l’importance des mathématiques qui sont un vecteur de connaissances pour toutes les autres sciences.

ACHAT D’UN SUPER CALCULATEUR

 Le Président de la République avait ordonné l’achat d’un ordinateur Mac de haute génération destiné aux calculs et analyses, c’est à dire  un «super calculateur » afin de matérialiser les efforts considérables consentis dans cette perspective.

« L’équipe technique est déjà mis en place et les expérimentations doivent démarrer au mois de février prochain », informe M. Sow.

«Un réacteur nucléaire de recherche, fait aussi partie des priorités pour les besoins de soin du cancer », a-t-il poursuivi.

Pierre Roger, membre de l’académie des sciences de la France, par ailleurs, Président du Comité pour les pays en développement de l’académie des sciences (Coped), a expliqué la portée de l’évènement.

«L’axe principal de cette conférence concerne l’application des mathématiques dans un certain nombre de domaines plus particulièrement la théorie des contrôles qui constitue un des aspects les plus importants de cette matière. Les thèmes abordés, choisis par l’académie du Sénégal font partie des éléments majeurs pour les pays en développement », a estimé  M. Roger.

« Le Coped a pour vocation de développer des liens scientifiques avec les académies des pays en développement et plus précisément en Afrique.  Donc, c’est tout à fait naturel de participer à cet événement », a-t-il conclu.

Badou NGUER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.