FOOTBALL : France Turquie : La sécurité renforcée autour du Stade de France

Le match de qualification des championnats d’Europe de football entre la France et la Turquie se déroule ce lundi 14 octobre au Stade de France de Saint-Denis. Le contexte géopolitique est tendu entre les deux nations.

 La France a décidé de suspendre ses livraisons d’armes à la Turquie à la suite de l’intervention de l’armée turque en Syrie. Un important dispositif de sécurité est prévu.

Ce sont des effectifs exceptionnels qui sont prévus pour cette rencontre sous haute tension, la préfecture de police de Paris a pris des mesures spécifiques.

La vente d’alcool autour du stade sera interdite, mais surtout les effectifs des forces de l’ordre seront plus que doublés autour du site : 600 policiers mobilisés contre 280 pour un match normal.

Les stadiers, chargés de surveiller le public seront eux aussi plus nombreux qu’à l’accoutumée 1400. C’est 300 de plus que pour les rencontres précédentes de l’équipe de France.

78 000 places ont été vendues pour la rencontre.

Officiellement, 4 000 supporters turcs seront rassemblés dans une zone réservée dans les gradins, on appelle cela le « parcage visiteurs». Ils ont reçu un message de la fédération turque les invitant à respecter l’hymne français.

Lors du match aller en Turquie, la Marseillaise avait été copieusement sifflée : 30 000 autres spectateurs turcs résidant en Europe sont aussi attendus. Eux pourraient suivre la rencontre au milieu des supporters des Bleus.

C’est là que les organisateurs craignent des affrontements. Ils se souviennent du match Ligue Europa Lyon Besiktas en 2017 marqué par de nombreuses violences.

Les appels à annuler ce match comptant pour les qualifications pour l’Euro 2020 se multiplient. Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, président du groupe d’études sur les Kurdes à l’Assemblée, a appelé à l’annulation de la rencontre.

Une annulation balayée par le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps : « Les problèmes géopolitiques, ils sont là. Que cela ait des conséquences? Forcément, sur l’environnement du match. Mais on ne va pas penser à cela».

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lui renoncé à se rendre dans les tribunes au Stade de France.  « Ce qu’il se passe en Syrie, c’est une chose, le match c’est autre chose. Bien qu’il puisse y avoir des imbrications, des provocations, nous essaierons de l’éviter », a tenté de rassurer l’ambassadeur de Turquie, Ismail Hakki Musa.

Toutinfo.net (avec RFI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.