PRIX NOBEL DE CHIMIE : Un Américain, un Britannique et un Japonais, inventeurs de la batterie au lithium-ion récompensés

Le prix Nobel de chimie 2019 a mis à l’honneur ce mercredi un Américain, un Britannique et un Japonais, inventeurs de la batterie au lithium-ion qui équipe smartphones et voitures électriques et dont la demande explose face à l’urgence climatique.

Les batteries lithium-ion, nées pendant la crise pétrolière à la fin des années 70, ont représenté une révolution dans le stockage de l’énergie.

C’est Stanley Witthingham qui, le premier, a cherché à nous libérer des énergies fossiles en découvrant le pouvoir du lithium, un métal très léger, et très réactif, capable de fournir une tension de 3.5 volts, plus élevée que celle des batteries classiques.

Dans les années 80, John Goodenough a ajouté de l’oxyde de cobalt, ce qui permettait aux petits ions lithium de se balader librement entre les deux pôles de la batterie, et enfin, Akira Yoshino a complété le dispositif avec des électrodes en carbone pour faciliter encore le processus.

Résultat : les ions lithium se promènent librement au fil des cycles de charge et décharge de la batterie, sans faire subir de modifications aux matériaux hôtes situés dans les électrodes Compactes et endurantes.

Les batteries lithium-ion sont petites, légères et s’épuisent très lentement. C’est la raison pour laquelle cette technologie est maintenant dans toute l’électronique portable et nomade que nous utilisons. « Ce type de batterie légère, rechargeable et puissante est maintenant utilisée partout, a d’ailleurs indiqué l’Académie suédoise royale des sciences qui décerne le prix. […] Elle peut stocker des quantités significatives d’énergie solaire et éolienne, ouvrant la voie à une société libérée des énergies fossiles. »

Il y a néanmoins un petit bémol : le lithium est un matériau rare, il ne représente que 0.06% de la croûte terrestre.

+ et -.

Toutinfo.net (avec RFI)