RAPPROCHEMENT ENTRE ME WADE ET MACKY SALL : Va-t-on vers une réunification de la famille libérale?

L’inauguration de la mosquée Massalikul Jinaan a permis le rapprochement entre Macky Sall et Me Abdoulaye Wade grâce aux bons offices du khalif général des mourides. Au-delà des retrouvailles, cet acte cache une dimension purement politique et ouvre une large fenêtre sur une éventuelle réunification de la fa-
mille libérale.

La notoriété du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) dépasse les frontières nationales. Cet instrument politique, qui a marqué la vie nationale depuis plus de quatre décennies, a été régulièrement traversé par des tumultes dont l’aboutissement est la perte du pouvoir en 2012 et une brouille profonde entre son chef Me Abdoulaye Wade et son successeur au Palais de la République qui, par ailleurs, était son numéro 2 dans le parti. Mais l’inauguration de la mosquée Massalikul Jinaan a permis le rapprochement entre les deux hommes, grâce aux bons offices de Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Avec ces retrouvailles, va-t-on vers la réunification de la grande famille libérale ? En tout cas, cette question taraude l’esprit de plusieurs observateurs de la scène politique nationale. C’est déjà dans l’opposition que la famille libérale, symbolisée à l’époque par le Pds uniquement a subi les soubresauts politiques en perdant régulièrement des
responsables débauchés par le Parti Socialiste (PS). En 1978 déjà, avec l’avènement des premiers députés du Pds à l’Assemblée Nationale, les libéraux avaient réussi à former un groupe parlementaire. Celui-ci était présidé par Feu Fara Ndiaye, tandis que son adjoint Feu Boubacar Sall était membre du bureau de l’Assemblée. Mais par le jeu du débauchage, le PS avait finalement dynamité le groupe. Cependant c’est au pouvoir que la famille libérale a connu des crises dévastatrices dont la première est intervenue en 2004 et a opposé Me Abdoulaye Wade (secrétaire général national) et son adjoint et fils putatif, Idrissa Seck. Cette crise a débouché sur une rupture entre les deux hommes. Idrissa Seck en avait profité pour démanteler carrément le Pds dans des villes comme Thiès, Tivaouane, Sangalkam, etc. L’épisode Macky Sall est venu corser la situation. Mais ce sont les velléités de dévolution monarchique du pouvoir qui ont contribué à fragiliser le Pds, avant que la perte du pouvoir ne fasse le reste. Cela dit, les retrouvailles entre Me Abdoulaye Wade et Macky Sall peuvent insuffler un vent nouveau, d’autant que l’avenir de la famille libérale est entre les mains du trio Wade-Macky-Idy. Les deux premiers se sont donné publiquement la main devantle khalif général des mourides, tandis que le troisième a cessé depuis belle lurette ses attaques contre le pouvoir.

MBAYE DIONE, MAIRE DE NGOUNDIANE «LA STABILITÉ DU PAYS PEUT DÉPENDRE DE CES RETROUVAILLES»

Mbaye Dione de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP), par ailleurs maire de Ngoundiane, estime que ce rapprochement
constitue une excellente chose, d’autant que Me Abdoulaye Wade et Macky Sall ont été de proches collaborateurs. «Les vicissitudes de la vie politique les ont séparés pendant plus de 7 ans. Par la grâce de Dieu et par l’engagement du khalif général des mourides, ce grand jour de Massalikul Jinaan a permis ces retrouvailles. Nous ne pouvons que nous en féliciter, car c’est le Sénégal qui en gagne. Cela ne fait que grandir les deux hommes. Qui plus est, la stabilité du pays peut dépendre en partie des retrouvailles entre ces deux hommes».

LAMINE NGOM, RESPONSABLE APR THIES «IL FAUT AUSSI DES RETROUVAILLES AVEC THIERNO ALASSANE SALL…»

Responsable des jeunesses républicaines de Thiès, Lamine Ngom affirme que dans ce contexte de retrouvailles entre les Présidents Macky Sall et Me Abdoulaye Wade, tous les responsables de Thiès doivent travailler en synergie, pour permettre à la grande coalition Benno Bokk Yaakaar de se massifier. «Pour ce faire, nous devons taire les ambitions personnelles et travailler en synergie autour du Président Macky Sall.Ilfaut également aller vers la dissolution de tous les mouvements de soutien dans la grande coalition leBby.Il s’y ajoute la nécessité de sceller également des retrouvailles avec Thierno Alassane Sall ettous ceux qui ont joué un rôle dès le début, pour porter le Président Macky Sall au pouvoir. Tous ceux qui aujourd’hui créent des fausses histoires pour éloigner les autres, en mettant en
avant leurs propres intérêts, sont des ennemis objectifs du parti et du Président Macky Sall. Quiconque aime le Président doit travailler à le rapprocher avec ses anciens camarades de combat».

MAODO MALICK MBAYE, GËM SA BOPP «UNE LEÇON DE VIE POLITIQUE NOUS A
ÉTÉ DONNÉE»

Pour Maodo Malick Mbaye, président du mouvement Gëm sa Bopp, membre de la mouvance présidentielle, par ailleurs directeur général de l’Agence Nationale de la Maison de l’Outil (Anamo), ce qui s’est passé à la mosquée Massalikul Jinaan est phénoménal à tous points de vue. «Je parle en ma qualité de représentant du Centre Indépendant de Recherches et d’Initiatives pour le Dialogue (Cirid), qui est un organe ayant un statut consultatif spécial auprès des Nations Unies. Ce qui s’est passé relève d’une grande fierté. Gloire et longue vie à Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, khalif général des mourides. Il a montré que le Sénégal regorge de ressources endogènes, qui peuvent nous permettre de régler tous nos problèmes. Une leçon sénégalaise de vie nous a été donnée, une leçon de vie politique, sociale, morale et religieuse», indique-t-il. A la question de savoir si ces retrouvailles ne pourraient pas engendrer une amnistie pour Karim Méissa Wade, Maodo Malick Mbaye soutient : «pour le moment donnons-nous le plaisir de savourer ce qui vient de se passer».


( Mbaye SAMB avec Toutinfo.net )