PR PAPE IBRA SAMB, EX RECTEUR DE L’UT : « La décision d’orienter les nouveaux bacheliers dans le public est éminemment politique »

« A mon avis, la décision est éminemment politique et son applicabilité sera appréciée en adéquation avec les moyens à mettre en œuvre pour un  accueil raisonné du plus grand nombre de bacheliers en étant évidemment sûr que tous les 52000 bacheliers ne seront pas reçus dans les universités publiques », croit savoir l’ancien Recteur-fondateur de l’université de Thiès, en 2007 et qu’il a dirigée jusqu’en 2010

« C’est donc bien une méthode de communication à décrypter pour connaître les tenants et les aboutissants d’une telle mesure. Il y a juste que l’élégance républicaine serait une méthode progressive qui éviterait de jeter le bébé avec l’eau du bain dans une démarche de caractérisation des établissements », ajoute-t-il.

« Il est évident qu’on ne saurait tous les loger à la même enseigne. Il serait dans ce cas, possible de séparer la bonne graine de l’Ivrée et sanctionner ainsi positivement les bons élèves et les considérer dans la stratégie à mettre en place », indique Pr Samb.

Pour lui, L’application aveugle de la mesure va entraîner « une surcharge suicidaire » pour notre système éducatif qui a connu  beaucoup de réformes depuis l’instauration du LMD, l’accréditation des établissements et des filières sans oublier les problèmes de qualité.

« Noyer les établissements dans le surnombre serait dommageable pour la qualité et dans la durée », regrette Pape Ibra Samb, pour qui un système d’enseignement supérieur sans le moindre label qualité compromettrait tous les efforts consentis pour un minimum de cohérence et de pilotage pour être à même de conserver des niches d’excellence sans lesquelles toutes les réformes risqueraient d’être vouées à l’échec.

« Il ne faut surtout pas nier que le privé supérieur constitue une réalité avec un chiffre d’affaires immuable et qu’aujourd’hui, il constitue une carte non négligeable. Nous savons bien d’où nous sommes partis et il est inutile de persister dans cette mesure si nous  sommes sûrs que les futurs orientés ne regagnent les établissements publics hôtes pour obtenir une bourse qui permet de payer des études dans des établissements supérieurs privés », souligne-t-il encore.

«  Personne ne peut nier l’existence de ce ce modus operandi. Autant, les pratiques sont à considérer dans l’approche. En tout état de cause, une décision dans domaine vital et stratégique comme le système éducatif devrait être globale, holistique et pragmatique »,conclut l’ancien Recteur-fondateur de l’université de Thiès, en 2007 et qu’il a dirigé jusqu’en 2010.

Toutinfo.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.