MISE EN PLACE DE LA ZLECAF: Le CESE invite le secteur privé à jouer pleinement son rôle

Quelles politiques pour une plus grande compétitivité du secteur privé national et une mobilisation des ressources intérieures indispensables à la transformation structurelle de l’économie dans un contexte de libre échange continental? C’est la question qui a été abordé en plénière hier au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Les conseillers du CESE soulignent qu’au-delà du défi récurrent de compétitivité du secteur privé africain composé, pour l’essentiel, de petites et moyennes entreprises (80% des entreprises de la région), et doté d’une faible capacité
d’auto-financement des projets structurants devant booster l’essor de nos économies, l’avènement d’une Zone de libre-échange continentale (ZLECA) constitue à la fois une équation asymétrique et une opportunité tangible. «Partant du principe que la ZLECA devra jouer un rôle clé dans la croissance des
économies africaines, à travers la création de chaînes de valeur régionales, la réduction des frais commerciaux et l’optimisation de la capture des ressources au profit des investissements innovants, il est impératif de reconsidérer la centralité de la compétitivité du secteur privé dans certains pays comme le Sénégal», notent les
conseillers. C’est pourquoi il faut contribuer aux réflexions engagées pour permettre au secteur privé national de s’approprier de la ZLECA et d’en faire une véritable opportunité d’affaires. Le CESE a mis en place une inter-commission composée de la commission de l’économie, des finances, du commerce et de la conjoncture, de la commission du développement industriel, de l’énergie, et
des technologies et de celle du genre, de l’équité et de la bonne gouvernance.

( Mamadou Mbakhé NDIAYE avec Toutinfo.net )