POSITION SUR LE DIALOGUE POLITIQUE: Abdoulaye Wade fédère une partie de l’opposition

Le Président Abdoulaye WADE a reçu vendredi dernier le député et Président du Mouvement Tekki, pour discuter avec lui de plusieurs questions liées à l’actualité nationale. Al’issue de l’audience, Mamadou Lamine DIALLO a révélé que le Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD) partage la même position que Wade et Sonko sur le dialogue politique. Ce qui laisse entrevoir que le pape du Sopi est en train de fédérer une partie de l’opposition autour de sa personne pour les combats en vue.

A plus de 90 ans, Abdoulaye Wade est toujours incontournable sur la scène politique sénégalaise. Même s’il n’a plus un
agenda propre politiquement parlant, le patriarche libéral continue d’inspirer les hommes politiques du pays. Mieux,toutes les forces vives de la nation hostiles au régime de Macky Sall se succèdent dernièrement chez le Pape du Sopi. Après avoir reçu «Aar Li Nu Bokk» et récemment Ousmane Sonko et Adama Gaye, c’est autour du leader du mouvement Tekki d’être reçu en audience par Abdoulaye Wade. Mamadou Lamine Diallo et Me Wade se sont rencontrés vendredi dernier pour parler de l’état de l’opposition et de l’impérieuse nécessité d’avoir une opposition forte et unie afin d’être un réel contre-pouvoir qui pourra prendre en charge les préoccupations de populations.
A vrai dire, le FPDR et le FNR, dont le PDS fait partie d’ailleurs des membres fondateurs, semblent avoir atteints leurs limites. D’autant que le pouvoir a réussi à diviser les différentes entités en appelant au dialogue national. Il est devenu opportun de créer une nouvelle force politique pour engager les combats politiques en vue. Et c’est ce que le Secrétaire général du PDS a compris en faisant de sa nouvelle maison à Fann résidence le lieu de toutes les ententes. Ainsi, après les réticences du président Ousmane Sonko leader de Pastef exprimées à Me WADE sur le dialogue national, le député Mamadou Lamine Diallo a confié lui aussi, vendredi dernier, que le CRD qu’il anime avec d’autres leaders notamment, Abdoul Mbaye (ACT) et Thierno Alassane SALL (République des Valeurs) partage avec le Président Abdoulaye WADE et le PDS la même position sur le dialogue politique de Macky SALL qu’il considère dépourvu de sens. Le CRD rejoint de ce fait Me WADE et Ousmane SONKO qui considèrent que la participation de l’opposition au dialogue politique la détournera des vraies difficultés des populations. Ils avaient d’ailleurs annoncé qu’ils allaient établir ensemble des programmes de résistance pour le respect du calendrier républicain. Mamadou Lamine DIALLO, membre du Congrès de la Renaissance Démocratique (CRD) était également venu faire au Président WADE le compte rendu de leurs
initiatives relatives au scandale du pétrole et du gaz au Sénégal. A en croire un communiqué faisant l’économie des discussions entre les deux hommes, ils ont plus précisément, parlé de la plainte déposée auprès du Premier Cabinet d’Instruction près le Tribunal de Grande Instance de Dakar. La plainte vise toutes les personnes citées dans le scandale Petrotim. Et toujours selon le député, vu l’urgence, le CRD n’avait pas pu, préalablement, discuter avec lui des procédures entamées pour exiger toute la lumière sur ce scandale. Avec cette série d’audiences, le Secrétaire général du PDS est en train de retrouver une image saine après avoir été dépeint comme un «diable» à la fin de son règne. Aujourd’hui, par la force des choses, il retrouve de plus en plus sa pleine influence. Au moment où ses forces sont dispersées et que ceux qui lui étaient jusque-là fidèles semblent s’éloigner de lui: Oumar Sarr, Babacar Gaye, entre autres, Abdoulaye Wade a trouvé l’ingéniosité de convaincre et de s’allier avec les nouvelles forces politiques montantes. Il se redonne par ricochet un nouveau souffle en nouant des alliances avec ceux qui incarnent aujourd’hui l’opposition républicaine : Ousmane Sonko, Mamadou Lamine Diallo, Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye, etc. Pour quels projets? N’est-il pas une manière de faire tenir la machine «moribonde» du PDS en attendant le retour de son fils prodige dont il n’a fait que rêver l’accès à la magistrature suprême. En politique, facilement les amis d’aujourd’hui deviennentles pires ennemis demain !

( Seydina Bilal DIALLO avec Toutinfo.net )