5 braqueurs tuent le Commandant de la Brigade de Koumpentoum

Le meurtre du Commandant de la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum, Tamsir Sané qui a pris une balle fatale dans nuit du 25 au 26 Juillet 2019 vers 04 h du matin, alors qu’il tentait de barrer la route à des braqueurs de l’agence de la Poste Finances de la localité, est au cœur de toutes les émotions depuis que la nouvelle a éclaté. Les pandores sont sur le qui-vive et continuent de ratisser le secteur. La Section de Recherches de la gendarmerie de Colobane a renforcé l’équipe d’enquêteurs sur place, depuis hier après-midi. Proches du défunt, ministre des Forces armées et associations de défense des droits de l’homme espèrent que les suspects seront appréhendés et punis.

Koumpentoum, un des quatre départements de la région de Tambacounda, créé en 2008, sis dans la partie orientale du Sénégal, s’est réveillé dans la douleur et la consternation. Le Commandant de la brigade de Gendarmerie de la localité, Tamsir Sané, est mort tué par balle par des bandits, les armes à la main. Les assaillants tentaient de vider les caisses de l’agence de la Poste Finances. Les faits se seraient déroulés vers 4 h du matin, dans la nuit du 25 au 26 Juillet 2019. Le gardien qui a alerté la gendarmerie a été grièvement blessé. Les premières pistes de l’enquête menée par la Brigade de Recherches de Tambacounda, qui a été renforcée par des éléments de la Section Recherches de la Gendarmerie de Colobane, laissent croire que les assaillants se sont dirigés vers Touba. Les opérations de recherches et de ratissages ont débuté et se poursuivent, a fait savoir le Commandant Babacar Faye, chef de la Division communication de la Gendarmerie, joint au téléphone, qui n’a pas voulu donner de détails sur l’enquête qui n’en est qu’à ses débuts. La levée du corps du Commandant Sané s’est déroulée hier matin à l’hôpital régional de Tambacounda en présence du chef de l’exécutif régional Oumar Mamadou Baldé et du procureur de la République près de la Cour d’Appel. Le corps a été acheminé auprès de ses proches à Dakar.
QUI ETAIT L’HOMME
Le commandant Sané avait le grade d’adjudant-Major. Né en 1963, marié à 2 épouses et père de 3 enfants, il a comptabilisé 33 ans de service. L’homme, décrit comme une personne rigoureuse et serviable, avait une bonne expérience des brigades. Natif de Ziguinchor, il fait ses débuts au camp Lgi Leclerc à Dakar, puis a commandé Kolda, Ouakam, le Poste de Gouloumbou. Il a, par ailleurs, été adjoint du commandant à Hann et à Bounkiking. Sous-officier de la gendarmerie, Tamsir Sané a fait tous ses services dans le corps des pandores. Membre de la 25e promotion de l’Ecole des sous-officiers de la Gendarmerie nationale Sénégalaise, il a aussi fait des missions au Darfour et a été chef du Poste de Sécurité du ministère de l’Education nationale.
EN 2014, LA BRIGADE DE KOUMPENTOUM A ETE ATTAQUEE
Koumpentoum n’en est malheureusement pas à son premier cas d’attaque d’hommes en bleu. En décembre 2014, suite au meurtre de Bigué Pouye, retrouvée ligotée, bâillonnée et violée, 48 heures après l’arrestation du présumé meurtrier Saliou Gano, les populations, furieuses, avaient pris d’assaut la Brigade de gendarmerie pour faire subir au suspectle même calvaire vécu par la défunte. Le Commandant de Brigade de l’époque, Abdoulaye Diallo, avait pris la situation en main en extirpant le suspect. Après avoir pris la précaution de lui passer les menottes, il lui a enfilé une tenue militaire avant de le faire sortir par une porte dérobée. Puis, il l’a acheminé à Tambacounda.

TEMOIGNAGE DU DEPUTE ALIOUNE BADARA DIOUF «UNE ENQUÊTE MINUTIEUSE S’IMPOSE»
Parent par alliance du Commadant de Brigade de Koumpentoum, le député Alioune Badara Diouf, président de la Commission de la Défense et de la Sécurité de l’Assemblée nationale a loué le professionnalisme, le sens du devoir etle courage du défunt et espère qu’il y aura une enquête minutieuse. «C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le meurtre de mon beau-frère Tamsir Sané, Commandant de la Brigade de Gendarmerie de Koumpentoum. Je salue, avant tout, la mémoire de l’illustre disparu. Je voudrais, par ces mots, louer son professionnalisme, son sens du devoir et son courage. Ayant perdu la vie dans l’exercice de ses missions de faire respecter la loi ainsi que la protection des personnes et des biens, le Commandant Tamsir Sané mérite tous nos honneurs. Les pouvoirs publics sont aujourd’hui plus que jamais interpellés par la question de la sécurité des personnes et de leurs biens. Pour l’heure, une enquête minutieuse s’impose afin de mettre hors d’état de nuire les malfrats qui sont à l’origine de ce meurtre.
Par ailleurs, il nous faudrait une stratégie globale pour une meilleure prise en charge de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national et des moyens humains et matériels nécessaires pour nos Forces de Défense et Sécurité afin d’assurer la sécurité et la tranquillité publique. Dans cette perspective, la coopération de nos populations est également sollicitée.
Je suis profondément ému par ce deuil, dans cette épreuve difficile, je tenais à faire part à la Gendarmerie nationale de mes sincères condoléances».

( Toutinfo.net )