INHUME A NGUENIENE: Tanor repose auprès de son père

Ousmane Tanor Dieng repose désormais dans son village natal à Nguéniène. Il a été inhumé dans la demeure familiale auprès de son père. Une foule bigarrée a tenu à l’accompagner pour lui rendre un ultime hommage. tout au long du passage du cortège, les populations se sont massées pour faire leurs adieux à celui qui a sorti Nguéniène de l’anonymat.

Tôt dans la matinée, hier, les populations ont fait le déplacement à Nguéniène qui porte le deuil. Le domicile des Dieng, maison mortuaire, a constitué le point de ralliement des populations effondrées par la perte de maire. Sur l’axe Joal-Nguéniène,
trônent des banderoles sur lesquelles on peut lire : « Adieu homme d’Etat ! Merci pour tout Tanor ! Un homme au service de la communauté est parti». Dans les localités de Ndianda et Ndoffane, les habitants ont jalonné la route pour faire leurs derniers adieux à leur maire. Un spectacle similaire a été noté de Mbour à Joal où une foule immense est sortie pour accompagner le cortège funèbre. Malgré
la tristesse, le public a tenu rappeler les nombreuses réalisations faites par Ousmane Tanor Dieng et ayant changé le visage de la zone. Grâce à Ousmane Tanor Dieng, disent-ils, l’électricité et l’eau ne sont plus un luxe à Ndoffane, Ndianda et Nguéniène. A quelques mètres de la gare routière de Nguéniène, la gendarmerie a érigé un barrage où elle filtre les entrées menant à la maison mortuaire. Il faut montrer patte blanche pour y accéder. Seules les personnes disposant de morceaux de tissus de couleur rose, jaune, beige, verte ou violette à titre de badge sont autorisées d’accès. A l’entrée, le contrôle se fait plus rigoureux. Ici, les détenteurs de badges violets et les journalistes sont autorisés à entrer dans la demeure de la famille Dieng. En face, une vielle bâtisse datant de l’époque coloniale construite par le père du défunt secrétaire général du Ps attire l’attention. Elle présente des fissures qui témoignent de sa longévité. Non loin de là, se trouve une bâche. C’est l’espace réservé aux officiels. Face à cette bâche, est aménagé un chapiteau pour accueillir le chef de l’Etat Macky Sall et quelques personnalités triées sur le volet. Malgré la nombreuse foule, il prévaut un silence de cathédrale sur les lieux. Les femmes voilées, certaines assises sur des chaises, d’autres à même le sol, font le décor. De
temps en temps, une voix déchire le silence à travers l’exclamation : «Thiey, un homme
imbu de valeurs vient de nous quitter. Tanor way!»

PRIIÈRES ET RECUEILLEMENT

La solennité est au rendez-vous. Pour Imam El hadj Omar Sakho, venu de Kaolack pour diriger la prière mortuaire, le défunt était d’une dimension humaine insoupçonnable. «Pendant longtemps, cet homme s’est donné au service de sa communauté sans jamais se lasser. Aujourd’hui qu’il est rappelé à Dieu, tous les Sénégalais lui ont rendu hommage à la hauteur de ce qu’il a fait de bien pour le Sénégal. Nous sommes affectés et prions le bon Dieu qu’il l’accueille au paradis», a indique le religieux. Comme l’imam, chacun veut faire un témoignage sur le défunt président du Hcct.

LE MARCHÉ GEBDOMADAIRE REPORTÉTÉ
À CAUSE DU DÉCÉS
Avec les obsèques de Ousmane Tanor Dieng, le marché hebdomadaire de Nguéniène qui se tient tous les mercredis a été annulé hier par la municipalité. Sur le site du louma (marché hebdomadaire), sont garées les voitures et autres charrettes
ayant servi de moyens de locomotion aux nombreuses personnes venues aux obsèques. Certains se mettent à l’ombre
des arbres en attendant la fin de la cérémonie. Pourtant, des bâches ont été aménagées sur plus d’une centaine de mètres, mais elles ne pouvaient contenir ce beau monde.

TANOR REPOSE AUPRÈS DE SON PÉRE
Ousmane Tanor Dieng a été enterré auprès de son père Birame Dieng dans la maison familiale. Dans l’arrière-cour de la maison
des Dieng, se trouve le mausolée du père de Ousmane Tanor Dieng décédé en 1996. C’est dans cette partie de la maison que la famille a décidé d’enterrer le secrétaire général du Parti Socialiste. «La seule chose qu’on pouvait faire pour lui rendre hommage est de le laisser se reposer auprès de nous. C’est le minimum qu’on pouvait faire pour lui», souligne un conseiller municipal de Nguéniène qui a tenu, par ailleurs, à remercier l’Etat du Sénégal et la famille du défunt.


( André BAKHOUM avec Toutinfo.net )