PRODUCTION D’UN RAPPORT SUR LE DIALOGUE NATIONAL: Macky fixe un délai de 3 mois à Famara Ibrahima Sagna et Cie

Un mois après la fameuse journée de concertation nationale, Macky Sall passe à la vitesse supérieure. Le président de la République a signé un décretle 3 juillet dernier pour fixer les règles d’organisation et de fonctionnement du Comité de pilotage du dialogue national. Ainsi, Famara Ibrahima Sagna et son équipe auront un délai de trois mois à partir de l’installation du Comité de pilotage pour produire un rapport.

D’aucuns avaient commencé à présager d’un échec prématuré du dialogue national. La lenteur notée dans la désignation des membres du comité de pilotage, à part son Président, avait fini par installer le doute chez les plus sceptiques. De même, un mois après le dialogue national, aucune règle n’avait été édictée allant dans le sens de fixer les règles du jeu. Mais la voie est désormais ouverte pour Famara Ibrahima Sagna et ceux qui l’accompagneront dans cette mission. En effet, le chef de l’Etat a pris le 3 juillet dernier un décret portant création et fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du Comité de pilotage du dialogue national. Et apparemment le chef de l’Etat voudrait que Famara Ibrahima
Sagna et son équipe procèdent en mode «Fast-track». La preuve, dans l’article 7 dudit décret, Macky Sall fixe une échéance au Comité de pilotage. Ainsi, il est écrit qu’à la fin de sa mission, qui ne peut excéder trois mois à compter de son installation, le Comité de pilotage du dialogue national soumet au président de la République un rapport contenant les conclusions issues du dialogue national. Toujours est-il que dans le contexte actuel, les relations entre le pouvoir et opposition risquent d’être polluées par la polémique sur le pétrole et le gaz qui prend de plus en plus d’ampleur. On peut se demander, avec un tel climat, si le délai de trois mois n’est pas trop court vu qu’à tout momentles uns etles autres peuvent se braquer, ce qui bloquerait ainsi les travaux du dilogue national? Tout compte fait, le comité de pilotage va être chargé de conduire, selon une méthode consultative et participative, le dialogue national en vue de formuler des propositions consensuelles et toutes autres propositions retenues sur les questions soumises à son examen. Pour le bon fonctionnement de l’entité, différentes
commissions thématiques seront créées parmi lesquelles : la commission politique; la commission économique et sociale; la commission des ressources naturelles (mines, pétrole, gaz, foncier, etc.); la commission environnement et cadre de vie; la commission paix et sécurité. Toutefois, le Comité peut, en tant que de besoin, créer de nouvelles commissions thématiques ou en regrouper certaines. A ajouter que chaque commission thématique comprend un bureau composé d’un Président et de trois assesseurs. «Le Comité de pilotage fixe les autres règles de fonctionnement des commissions thématiques notammentle nombre de leurs membres ainsi que leur répartition par familles d’acteurs. Le Comité se réunit sur convocation de son présiden chaque fois que de besoin. Il fixe librement ses règles de fonctionnement. L’Etat met à la disposition du Comité de pilotage du dialogue national les moyens nécessaires à l’exécution de sa mission.»
COMPOSITION DU COMITÉ DE PILOTAGE
Par ailleurs, le décret fait état en son article 2 de la composition des différents membres du Comité de pilotage. Elle se présente ainsi qu’il suit : «cinq représentants des pouvoirs publics ; sept représentants de la Majorité; sep représentants de l’opposition; cinq représentants des non-alignés; cinq représentants de la société civile; cinq représentants du secteur privé, sept représentants des chefs religieux et coutumiers ; cinq représentants des organisations de paysans, de pêche et de pasteurs; cinq représentants des organisations féminines; trois représentants des organisations de jeunes ; cinq représentants des syndicats ; six représentants des élus dont des membres de l’opposition ; trois représentants du secteur informel ;trois représentants des consommateurs.» A préciser que la représentation des organisations au sein du Comité tient compte de la pluralité des familles d’acteurs. Egalement, le comité de pilotage du dialogue national peut aussi s’adjoindre, en cas de besoin, toute personne dont la participation est jugée utile. En définitive, il est mentionné dans le décret que le ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République, le ministre, Secrétaire général du gouvernement, le ministre de l’Intérieur et le ministre des Finances et du Budget sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal officiel.

(Seydina Bilal DIALLO avec Toutinfo.net)