AVANCEMENT, ÂGE DE LA RETRAITE… Grogne chez les sapeurs-pompiers

Des bruits de bottes couvent chez les sapeurs-pompiers qui quittent en masse ce
corps pour avoir de meilleurs traitements salariaux et d’avancement comme ceux des Douanes ou de la Gendarmerie. Le nouveau texte fixant la limite d’âge des personnels militaires des armées, de la Gendarmerie nationale et de la Brigade nationale des Sapeur-pompiers (Bnsp) est passé par là. Le suicide du sapeur-pompier
El hadji Mansour Touré qui a été retrouvé une corde au cou, le 4 juillet 2019, a-t-il un lien avec les nouveaux textes qui régissent les conditions d’avancement dans ce corps? Une source contactée répond à cette question par l’affirmative. Avant le nouveau texte, si l’on atteint 40 ans sans avancer, on partait à la retraite. Un décret a changé ce texte et allongé la retraite à 43 ans, commence-t-il par se réjouir. «Vous savez, dans l’armée, on retrouve au plus bas de l’échelle, le soldat et le Caporal, puis le Caporal-chef qui vont à la retraite à l’âge de 47 et 46 ans. Après, il y a les grades de Sergent, Sergent-chef, Adjudant, Adjudant-Chef, Major. Puis, il y a les officiers, jusqu’au Général. Quand on est dans la catégorie des hommes du rang, si l’on atteint l’âge de 43 ans sans avancer, on part à la retraite. Mais si l’on devient Caporal-Chef, on peut aller jusqu’à 45 ans. Pour les sous-officiers par exemple, le dernier décret prévoit la retraite à 53 ans. A partir d’adjudant-chef, c’est à 55 ans qu’on part à la retraite. Avec le nouveau décret, on a chacun 2 ans de plus». Pour le cas de Touré entré dans le corps le 1er mai 1999 et qui était de la 21ème compagnie, notre source révèle que lors de la phase adaptation, il a eu des lacunes dès le début, par rapport à son cœur. Il n’arrivait pas à suivre et les encadreurs le bousculaient. «On le surnommait «petit cœur», mais il a fait montre d’une endurance et d’une bonne volonté hors du commun», témoigne notre
source.
SURMONTANT SES PROBLEMES DE CŒUR, TOURE A FAIT BANGO DEUX FOIS

Au bout des trois mois de formation, à la visite médicale, son problème de cœur est revenu et il a été recalé. En 2001, El Hadji
Mansour Touré est revenu à Bango. Il semblait s’en sortir mieux côté santé et est passé, forçant l’admiration. Il s’est battu dans les entraînements et a finalement pu intégrer le corps des soldats du feu. Il y est
entré avec le grade de sergent et est affecté à Touba comme chauffeur d’ambulance. Il devait passer à un grade supérieur à partir du 1ier juillet 2019 comme ses promotionnaires, mais à cause du nouveau décret, ses espoirs ont été anéantis. El Hadji Mansour Touré, qui a eu son Certificat d’aptitude Technique (Cat) 2, remplissait tous les critères pour passer à un grade supérieur. Mais, il n’est pas passé. Avant, tous les 3 mois, 25 ou 30 agents passaient au grade supérieur. Maintenant, il n’y en a même pas 10. D’après les confidences de notre interlocuteur, c’est par frustration, en voyant les autres qui ont la même ancienneté que lui passer, alors qu’il a été retenu, qu’il s’est suicidé. Les décisions d’avancement sont sorties en
fin juin. Par ailleurs, à cause d’une ambiance délétère au niveau de leur brigade, avec le management du chef du service des ressources humaines, il y a des
départs massifs. «70 agents ont quitté le corps des sapeurs-pompiers pour aller à la Douane ou à la Gendarmerie, tellement ils sont découragés par le management du Drh. L’année passée, on a perdu l’un des meilleurs administrateurs. Sergent-chef, il a tous les diplômes d’un sous-officier, mais il a abandonné tous ses galons pour se retrouver simple agent des Douanes à cause des mauvaises conditions d’avancement», confie notre source. «Avant le nouveau texte, on était proposable pour avancer en galons tous les trois ans. Avec le nouveau décret, quel que soit le grade, on est obligé d’attendre 5 ans avant de passer
à un échelon supérieur, même si l’on remplit toutes les conditions. Ce qui fait qu’on aura toutes les peines du monde pour être Major. En fait, ce qu’ils ont donné sur l’âge de la retraite qui a augmenté de deux ans, ils l’ont pris de l’autre avec les avancements», se plaint notre interlocuteur.


( Ousseynou BALDE avec Toutinfo.net )