UN VENDREDI A HAUT RISQUE: MARCHES DES ENSEIGNANTS, DE «AAR LINU BOKK» ET DE LA MOUVANCE PRESIDENTIELLE

Les organisations syndicales seront dans la rue demain, vendredi 28 juin 2019, pour défendre l’avenir du travail et exiger du Gouvernement une gestion transparente des ressources naturelles. Face à la presse hier, le secrétaire général du Saemss, Souarou Sène, a décliné la manifestation comme une réponse au mépris du Président Macky Sall à l’égard des travailleurs. A l’en croire, le chef de l’Etat est un partisan de l’immobilisme. Les syndicalistes peuvent compter sur le soutien de la plateforme «Aar Li Nu Bokk».

Les travailleurs du Sénégal sonnent la mobilisation pour une grande marche vendredi prochain à Dakar. Sous la houlette des centrales et des organisations syndicales, les travailleurs qui ruminent leur colère contre le Président Macky Sall depuis le 1er mai dernier vont dénoncer le reniement du gouvernement par rapport à leurs doléances. «Cette rencontre se tient en prélude à la grande marche nationale des travailleurs que nous organisons le
vendredi 28 juin. Nous appelons tous les travailleuses et travailleurs du Sénégal à la mobilisation et à la mise en place d’un
large front social pour défendre l’avenir du travail en exigeant du Gouvernement une gestion transparente des ressources naturelles (pétrole, gaz, zircon, fer,
or….) dont l’exploitation devrait profiter à tous les secteurs d’activités», a indiqué le secrétaire général du Saemss, Saourou Sène, en présence de ses camarades. Il s’agit pour les syndicalistes d’apporter une réponse graduelle au pied de nez fait au
monde du travail le 1er mai dernier par le président de la République. Ce jour-là, dit-il, le président de la République a, de
manière désinvolte, snobé le monde du travail. «Ses (Macky, Ndlr) propos révèlent, sinon un mépris souverain pour les travailleurs, à tout le moins, une méprise sur leurs préoccupations. Ils révèlent également l’inconséquence d’un Président qui, au lieu d’assumer les conséquences de ses choix économiques, cherche des boucs
émissaires, constate les disparités criardes et injustifiées du système de rémunération, lesquelles sont attestées par l’étude du cabinet MGP/Afrique et le rapport de l’IGE», fulmine le syndicaliste. Pour Saourou Sène, Macky Sall est un Prési-
dent qui prône l’immobilisme, tente de justifier les insuffisances de sa politique sociale par une prétendue boulimie des
travailleurs et qui profère des menaces au lieu de rassurer comme il est d’usage en de pareilles circonstances. «Aujourd’hui que le contexte électoral est dépassé, qu’un nouveau Gouvernement a été mis en place, les travailleurs attendent du président de la République, qui soutient ouvrir l’ère du fast-track de respecter les engagements du Gouvernement vis-à-vis de tous les partenaires sociaux et des libertés syndi-
cales», clame-t-il. Le responsable syndical alerte ainsi l’opinion nationale et internationale sur les conséquences fâcheuses qui découleraient des velléités de reniement des engagements de la part des autorités.

MARCHE DES ORGANISATIONS SYNDICALES: La plateforme «Aar li nu bokk» s’y joint

L’on tend vers une jonction des forces sociales pour exiger la transparence dans la gestion des ressources naturelles et l’amélioration de la situation sociale des travailleurs. En effet, la plateforme «Aar
Li Nu Bokk» qui manifeste chaque semaine pour réclamer la lumière dans l’affaire Petro-Tim, a décidé cette fois-ci de se joindre aux organisations syndicales qui marchent demain vendredi pour dénoncer le mépris du chef de l’Etat à leur égard. La Plateforme «Aar li Nu Bokk» invite les Sénégalais à cette grande marche du
peuple. Les membres de la plateforme sont persuadés qu’une gestion équitable et transparente des ressources naturelles découvertes au Sénégal pourrait résoudre tous les problèmes soulevés par les travailleurs des secteurs public et privé, notamment dans l’éducation, la santé, l’emploi des jeunes, etc. D’où l’adhésion plusieurs syndicats de travailleurs et d’autres composantes essentielles des forces vives de la Nation au combat de «Aar li Nu Bokk». Les membres de la plateforme se disent convaincus que la convergence des luttes et l’union des forces est la meilleure arme pour préserver les biens communs et retenir dans notre pays les richesses tirées de nos ressources naturelles pour le bien de nos populations.

( Ousseynou Baldé avec Toutinfo.net )

Marches de la majorité présidentielle

Vendredi de tous les dangers. Alors que la Plateforme Aar Linu Bokk a promis d’organiser une manifestation demain sur l’Avenue Bourguiba, pour exiger la renégociation des contrats sur le pétrole et le gaz, «L’As» a appris que des plateformes des forces de la majorité présidentielle organisent eux aussi, demain vendredi 28 juin 2019, une série de manifestations «pour exprimer leur soutien total et déterminé aux politiques publiques mises
en œuvre par le Président de la République, barrer la route avec fermeté aux conspirateurs activistes affabulateurs affairistes qui exigenttoute honte bue la renégociation des contrats pétroliers signés en bonne et due forme afin de permettre à leurs soutiens et argentiers de s’accaparer de nos richesses minières». Ces organisations de la mouvance présidentielle onttenu des réunions nocturnes hier pour contrecarrer les manifestations de l’opposition et prouver que Macky Sall reste encore dans le cœur des Sénégalais.
Restons dans la marche des jeunes de la mouvance présidentielle
C’est CE qu’on appelle une réponse du berger à la bergère. D’ailleurs, d’aucuns flairent dans leur démarche une certaine provocation. Originaires essentiellement
de la banlieue dakaroise, des jeunes de la mouvance présidentielle proches de Aliou Sall, ont porté sur les fonts baptismaux
une Plateforme dénommée «Samm Sunnu Reew». Cette plateforme, considérée comme une réplique au collectif «Aar linu
bokk», a prévu d’organiser une marche pacifique demain, vendredi 28 juin 2019. La procession partira de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) pour finir à la
place de la Nation (ex-place de l’Obélisque). Les partisans de Aliou Sall ne tiennent pas, cependant, à être accusés de provocation. «Nous ne comptons attaquer qui que ce soit. Ce n’est pas une provocation.Nous avons la ferme volonté de marcher pacifiquement pour préserver la plus grande ressource naturelle
à savoir la paix et la stabilité nationale», argue leur porte-parole, Ansoumané Sané. Ce dernier et ses camarades disent s’ériger en boucliers contre «les forces obscures dont les agissements sont de nature à saper les fondements de la cohésion nationale». Asouligner que Cheikh Tidiane Dièye et ses camarades de plateforme «Aar Linu Bokk» ont prévu également de tenir leur troisième rassemblementle même jour, à la
même heure et à la place de la nation. C’est dire que cela risque de chauffer.

( Toutinfo.net )