ENTENDUS PAR LA DIC, HIER: Abdoul Mbaye enfonce Aliou Sall et Cie, el Hadj Kassé se disculpe

La Division des Investigations Criminelles (DIC) a entendu hier l’ancien ministre conseiller chargé de la Communication à la présidence de la République, El Hadj Kassé, et le président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) Abdoul Mbaye. Si le premier a tenté de se disculper de toute volonté d’enfoncer Aliou Sall, le second est allé même jusqu’à citer les infractions pour lesquelles Aly Ngouille Ndiaye, Aliou Sall et Cie devraient être poursuivis.

Ça s’emballe ! La machine judiciaire est actionnée dans l’affaire du scandale à 10 milliards de dollars révélé par la BBC.
Tout au moins, la Division des Investigations Criminelles (DIC) est en train d’entendre certains hommes publics très remarqués dans ce dossier pour recueillir leurs témoignages. C’est ainsi qu’elle a entendu successivement, hier, El Hadj Kassé et Abdoul Maye. Au sortir de sa
rencontre avec les enquêteurs de la DIC, le président de l’Act a soutenu que son témoignage a consisté à démontrer qu’en attribuant des permis pétroliers à Frank Timis, les autorités sénégalaises concernées ont causé de graves torts économiques et financiers à la nation. Selon Abdoul Mbaye, son objectif est de
faire obtenir justice et réparations au peuple du Sénégal. Il estime que les faits et leur chronologie relatés dans son témoignage sont constitutifs de faisceaux d’indices accablants permettant de conclure que les plus hautes autorités du Sénégal d’une part, en complicité avec les compagnies pétrolières Kosmos Energy et BP d’autre part, ont fait subir aux Sénéga-
lais des torts de très grande importance portant sur leurs ressources d’hydrocarbures. L’ancien Premier ministre souligne que ces deux parties sont
parvenues à leurs fins en organisant l’intermédiation active entre elles et Frank Timis et ses sociétés enregistrées dans des
paradis fiscaux employant et rémunérant Aliou Sall, frère du président de la République du Sénégal. Entres autres griefs soulevés contre les personnes citées
dans son témoignage, Abdoul Mbaye cite l’enrichissement illicite, la haute trahison à l’endroit du président de la République
et des ministres ; l’abus de biens sociaux contre ceux ayant exercé les fonctions de manager (Frank Timis) et de conseiller (Aliou Sall). Le leader de l’Act de déduire que, par leurs qualités, ces derniers sont susceptibles de poursuite du chef d’abus des biens sociaux constitués par les
ressources naturelles appartenant au peuple sénégalais, protégés par l’article 21 de la Charte africaine des droits de
l’homme et des peuples, intégrés dans le préambule de la Constitution du Sénégal et précisés dans l’article 25-1 de la loi constitutionnelle du Sénégal du 5 avril 2016. Pour Abdoul Mbaye, le directeur général de Kosmos Energy Sénégal et le
président de BP sont également susceptibles de poursuite du même chef. Concernant toujours ces chefs d’accusations, Abdoul Mbaye a retenu la complicité de détournement de deniers et ressources publics, la corruption, l’association de malfaiteurs, le blanchiment de capitaux en bande organisée. Il reproche à Aly Ngouille Ndiaye le délit de faux en écriture publique sanctionné par l’article 132 du Code pénal. Sous réserve bien entendu de toute autre qualification que ces faits pourraient impliquer, ajoute-t-
il. En définitive, Abdoul Mbaye renseigne que ses recherches seront poursuivies pour les autres cas d’attribution de permis
d’hydrocarbures en violation de la loi et de règlementation sénégalaises afin de mesurer au mieux l’étendue des dégâts causés par les mis en cause avec d’autres complicités.

«JE N’AI JAMAIS ENFONCÉ QUI QUE CE SOIT A FORTIORI ALIOU SALL»
Quant au ministre conseiller précédemment en charge de la communication de la Présidence de la République, il a déféré hier à la convocation de la Dic suite à ses propos sur «TV5» où il reconnaissait qu’Aliou Sall a reçu la somme de 25.000 dollars de Franck Timis pour consultance dans le domaine agricole. Pour cela, El Hadji Hamidou Kassé a été appelé à témoigner. Et à l’issue de son face-à-face avec les enquêteurs qui lui a pris toute la matinée, El Hadji Hamidou
Kassé a livré à la presse ses impressions. «J’ai rencontré des gens extrêmement courtois qui m’ont posé des questions et j’ai
répondu», a indiqué le nouveau chargé de la culture à la Présidence de la République. Cependant, il promet de poursuivre le combat pour le triomphe de la justice. «Je suis toujours sur les mêmes positions de combat parce que toute ma vie a été un combat. Je continue ce combat pour la justice, pour l’égalité et pour la vérité dans notre pays», a-t-il soutenu devant les journalistes. Il estime qu’il n’a jamais cherché à enfoncer qui que ce soit a fortiori Aliou Sall. «Et voilà, on verra bien la vérité», déclare-t-il. En guise de conclusion, le ministre conseiller en charge de la Culture a appelé les Sénégalais au calme et à la sérénité. «Il faut que la sérénité revienne dans ce pays parce ce que si ça se casse; ça se casse pour tout le monde», dit-il.


( Seydina Bilal DIALLO avec Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.