CAN 2019:ALGÉRIE,KENY, TANZANIE/ Que valent les adversaires du Sénégal?


Attendu comme un des grands favoris de la can2019,le Sénégal devra d’abord sortir d’un groupe composé de l’Algérie, du kenya et de la Tanzanie. Zoom sur les trois adversaires des « Lions » en phase de poules.

Elles seront 24 équipes à s’aligner pour le titre continental. Pour cette édition qui se déroule en terre égyptienne, les grands
d’Afrique sont tous au rendez-vous… La formule à 24 est passée par là. Logé dans la poule C, le Sénégal sera une des équipes à surveiller. Éliminé en quart de final de la précédente édition par le Cameroun (futur vainqueur), il revient avec beaucoup d’ambitions. Au pays de la Téranga, on ne voit que le titre continental. Mais pour y arriver,Aliou Cissé et ses hommes devront franchir plusieurs obstacles.
TANZANIE, 39 ANS APRÉS
Considérée comme le petit poucet du groupe C, la Tanzanie va disputer sa deuxième Coupe d’Afrique, après 1980. À l’époque, l’équipe n’avait pas dépassé le
premier tour. Mais en Égypte, c’est une autre formation des Taifa Stars que le public va découvrir. Sur le banc depuis août 2018, l’ancien international nigérian Emmanuel Amunike a réussi à bâtir un groupe à son image. Avec les résultats sportifs, le Kenya a progressé au dernier
classement FIFA. Classé 131ème au niveau mondial, l’équipe occupe la 36ème place sur le continent africain. Le technicien de 47 ans est parvenu à leur offrir une seconde qualification, après 39 ans d’attente. L’ancien ailier nigérian s’est appuyé sur un groupe à base locale. Sur les 23 joueurs, sept jouent pour le club de Simba, quart-de-finaliste de la dernière
Ligue africaine des champions de cette année. Quatre autres évoluent au Young Africans, un autre club local.

MBWANA SAMATTA, LE BUTEUR MAISON

Si le Sénégal a son Sadio Mané, la Tanzanie peut se targuer d’avoir dans ses rangs un joueur leader. Il se nomme Mbwana Aly Samatta.A26 ans, il est aujourd’hui le maître à jouer des Taifa Stars. Formé à African Lyon FC, un club local (2008-2010), il a débuté sa carrière professionnelle au Simba SC. Il marquera 13 buts en 25
matchs. Attaquant au profil intéressant, il sera recruté par le Tout-Puissant Mazembe (RDC). En cinq ans (2011-2016), il a réussi à marquer 79 buts en 137 rencontres. Avec le club congolais, il remporte la Ligue africaine des Champions, mais aussi quatre titres de champion de RDC (2011, 2012, 2013, 2014).Et c’est fort de ces statistiques qu’il rejoint en 2016 la Belgique où il signe un contrat de quatre ans et demi au KRC Genk. Très vite, il s’est adapté au championnat belge et en devient un des meilleurs buteurs. Ses 64 buts en 158 matchs illustrent parfaitement le
talent du joueur de 26 ans. Cette saison, il a terminé meilleur buteur de la Jupiler Pro League avec 23 réalisations en 38 matchs. International depuis 2011, il compte 17 buts en 45 matchs.

KENYA : WANYAMA, A TOUT
MAJEUR DES HARAMBEE STARSSTARS

En Egypte, le Kenya participera à son sixième tournoi. En cinq éditions (1972, 1988, 1990, 1992, 2004), les Harambee Stars n’ont jamais franchi le premier tour.
Classé 108ème mondial et 25ème africain, le Kenya abordera cette compétition avec beaucoup d’ambitions. Sous les ordres du
technicien français Sébastien Migné, en poste depuis mai 2018, le Kenya a retrouvé une certaine allure. Pour se hisser dans la
poule C où il y a le Sénégal et l’Algérie, les Harambee Stars comptent sur leur collectif, reposant sur une ossature locale. Mais la
pression reposera sans doute sur
les épaules deVictor Mugubi Wanyama. A 27 ans, le joueur de Tottenham (D1 Angleterre) fait figure de star dans son pays.Né à Nairobi, il a joué dans deux clubs
kenyans (Nairobi City Stars et AFC Leopards), avant de rejoindre la Suède. De 2007 à 2008, il joue avec les juniors de Helsingborgs IF avant de rejoindre Anvers, un club belge. C’est avec ce club qu’il va signer son premier contrat professionnel.Il y restera jusqu’en 2009, avant de poser ses
valises en Ecosse. Victor Wanyama signe un contrat de quatre ans avec le Celtic et s’impose rapidement comme un des hommes forts du club. En deux saisons, il dispute 93 matchs pour 13 buts et remporte deux titres de champion d’Ecosse. Un bon
ratio pour un milieu de terrain. Ses qualités athlétiques seront décelées par les grosses écuries. Contre toute attente, Wanyama rejoint Southampton en 2013
pour quatre saisons. Il n’y restera
que trois saison avant de rejoindre Tottenham, un club plus huppé. Avec les Spurs, il gagne en maturité et son apport au milieu de terrain est loué par tous. Vice-champion d’Angleterre en 2017, il s’inclinera en finale de la Ligue des Champions en 2019. Son tombeur n’est autre que Liverpool de Sadio Mané.International depuis 2007 (il avait 15 ans),Victor Wanyama est devenu le patron de l’équipe dont il est le capitaine. En 49 matchs, il a marqué 4 buts. Ses carences devant les buts, il les compense avec son
énorme travail au niveau de l’entre jeu. Homme à tout faire des Harambee Stars, Wanyama aura la lourde tâche de faire briller son équipe. En match d’ouverture, le Kenya fera face à l’Algérie. Un grand test pour le joueur de Tottenham.

L’ALGÉRIE : MAHREZ, FEGHOULI ET LES AUTRES
À l’image du Sénégal, l’Algérie est citée parmi les favoris de la Can

  1. C’est sans doute l’adversaire le plus coriace pour les « Lions » dans ce groupe C. Championne d’Afrique en 1990, l’équipe d’Algérie est une habituée de la CAN. En terre égyptienne, les Fennecs en seront à
    leur 19ème participation. Eliminés au premier tour lors de la précédente édition, les Fennecs auront comme ambition d’aller le plus loin possible. Après une période trouble notée par des mouvements sur le banc, les dirigeants ontfait appel à Djamel Belmadi pour lui confier les reines de la sélection.Intronisé le 2 août 2018, l’ancien international a ramené de la sérénité dans le groupe. L’équipe a retrouvé son jeu etles supporters ont adhéré à son style. Sous la houlette de
    Riyad Mahrez, l’équipe fait de nouveau rêver. Champion d’Angleterre en titre avec Manchester
    City, l’excellent milieu offensif a fini de s’installer comme un des leaders de l’équipe. Arrivé en équipe nationale le 31 mai 2014 (match amical contre Arménie), Riyad Mahrez joue aujourd’hui le rôle de capitaine (10 buts en 46 matchs). Mais à côté du métronome de City, Belmadi pourra compter sur d’autres profils non moins importants. Sofiane Feghouli (Galatasaray), Yacine xfBrahimi (Porto) ou encore Adam Ounas (Naples) sont également à surveiller. En attaque, Baghdad Bounedjah sera l’atout offensif numéro un des Fennecs. Sous les
    couleurs d’Al Sadd (D1 Qatar), le
    joueur de 27 ans a marqué 39
    buts en 21 rencontres disputées.
    En 22 sélections avec les Fennecs,
    il totalise 10 buts. Un sacré buteur qui devrait poser pas mal de problèmes aux défenseurs. Avec
    autant de profils, les Fennecs font
    sans aucun doute partie des sérieux prétendants au titre final de cette CAN 2019. Pour son entrée en matière, l’Algérie croisera le Kenya dimanche prochain, avant de retrouver le Sénégal pour sa seconde sortie.

  2. ( El Hadj Mamadou THIAM avec Toutinfo.net )


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.