MULTIPLES ARRESTATIONS A KEDOUGOU: Un scandale qui éclabousse les autorités régionales du parc cet des mines

Rebondissement dans l’affaire du scandale, sur fond de corruption, qui secoue les autorités du parc NiokoloKoba à Kédougou. Les suspects parmi lesquels le conservateur du parc, son adjoint, le directeur régional des Mines, seront devant la barre le 13 juin prochain. Du matériel lourd parqué dans le parc a été saisi hier. Les correspondants de Rfm et de Sud Fm ont été auditionnés. La dernière cité, ainsi que le maire de Tombonkoto risquent d’être déférés devant le Procureur.

L’affaire d’escroquerie, de corruption, d’exploitation clandestine d’or et de bois qui éclabousse beaucoup d’hommes de tenue aux ministères de l’Environnement et des Mines, risque d’avoir des ramifications insoupçonnées. Selon nos sources, les Chinois à l’origine de ce deal, ontintroduit du matériel lourd au sein du parc de Niokolo Koba pour exploiter le bois et l’or alors que cette activité est interdite. Leur arsenal composé d’engins Caterpillar, de 3 pelles mécaniques, de détecteurs d’or
et d’autres matériels sophistiqués, ont été saisis par la gendarmerie. Ce qui est curieux, c’est que les Chinois au cœur de ce
scandale, avaient une autorisation en bonne et due forme. Ils auraient déboursé des millions de francs Cfa pour obtenir les documents. D’après nos informations, c’est ce qui justifierait le limogeage du Directeur général des Mines Ousmane Cissé. En effet au terme de l’enquête menée par la Brigade de gendarmerie de Kédougou, le conservateur du Parc, le Lieutenant-colonel Amar Fall, son adjoint, le Capitaine Mamadou Marone, le directeur régional des Mines et de la Géologie de Kédougou, Adama Diop, et le maire de Nénéfesha, Dondo Keïta ont tous été interpellés. Déjà 15 ressortissants chinois, 3 Ghanéens et un ancien agent de ce Parc ont été placés sous mandat de dépôt. Ils seront jugés devant le Tribunal des flagrants délits de Kédougou le 13 juin prochain. Mais à en croire certaines sources, il se posera le problème de la compétence de cette juridiction pour le conservateur et son adjoint qui sont des
officiers de l’Armée conformément au décret à cet effet. S’ils sont déclarés coupables des faits qui leur sont reprochés, quel que soit le Tribunal qui va les juger,
ils seront radiés de la fonction publique, conformément au Code des obligations. Déjà mardi prochain, le nouveau conservateur du Parc Niokolo Koba sera installé par le ministre de l’Environnement.

TOUT EST PARTI D’UN LIEUTENANT DES EAUX ET FORETS EN DISPONIBILITE

Dans la journée d’hier, vendredi 6 juin, les maires deNénéfesha et de Tombonkoto ont été entendus, de même que les correspondants de Rfm et de Sud Fm. Le journaliste de la Rfm Ibrahima Diabakhaté a finalement été relâché après audition, mais jusqu’au moment où nous nous mettons sous presse, celui de Sud Fm, Boubacar Tamba et le maire de Tombonkoto, Nfaly Camara étaient entre les mains des pandores pour audition. Ils pourraient être conduits aujourd’hui devant le Procureur de Kédougou, Théophile Turpin. Par ailleurs, à en croire des sources de «L’As», tout est parti des révélations faites par un lieutenant des
Eaux et forêts en disponibilité, qui servait d’intermédiaire et qui a été frustré d’avoir été lésé dans les transactions. En disponibilité, il travaillait avec la société Gold Cost en même temps que des Chinois et des Ghanéens.Il aurait usé de son entregent pour disposer de la paperasse pour exploiter illégalement l’or dans le parc en échange d’espèces sonnantes
et trébuchantes. C’est donc lui qui aurait mouillé le conservateurs et le directeur des Mines.
( Hadja Diaw GAYE avec Toutinfo.net )