VIOLENCES FAITES AUX FEMMES: Réactions des différentes autorités sénégalaises

SOHAM EL WARDINI, MAIRE DE DAKAR: «Il faut le retour de la peine de mort»

«Je suis dépitée de voir certaines femmes brutalisées et tuées tous les jours. Nous devons vraiment être debout pour arrêter ce fléau. Ces gens qui commettent ces horreurs doivent être punis et sévèrement punis. Il n’est pas question qu’on les laisse faire des choses comme cela sans les
punir sévèrement. Pour lutter contre ce fléau, il faut le retour de la peine de mort. La peine de mort saurait corriger ces horreurs. On se rend compte que ce sont des jeunes filles, des femmes et des pères de famille qui sont tués à longueur de journée dans notre pays.
Qu’est-ce qui nous arrive ?
Nous devons nous poser des questions».

FATOUMATA GUEYE NDIAYE, PRESIDENTE SORTANTE DE L’AJS: «Il faut la mise en place de la police communale»

«A la place du retour agité de la peine capitale, on doit prôner la mise en place de la police communale. Nous ne sommes pas pour la peine de mort, nous croyons que ce n’est pas la solution. Il faut mettre l’accent sur la sécurité de proximité. L’Etat avait déjà engagé une réforme avec des postes de police installés dans les localités et les quartiers. Il faut continuer cela. J’espère un déclic pour que les autorités soient beaucoup plus attentives à la protection des filles et des femmes pour voir d’autres mesures nouvelles et innovantes qui puissent quand même permettre aux femmes et aux filles d’être en sécurité partout où elles seront».

PR AMSATOU SOW SIDIBE:
«Il faut revoir l’éducation dans le sens du respect des filles et des femmes»

«Je dénonce une atteinte aux droits les plus élémentaires de la femme. J’interpelle l’Etat, car il est le garant de la protection
des personnes et de la société. Pour cela, il faut aussi insister sur l’éducation dans le sens du respect d’autrui, spécialement du respect vis-à-vis des filles et des femmes. C’est quelque chose de très important. Je déplore également la déperdition des valeurs».

ADJI MERGANE KANOUTE, DEPUTEE:
«Nous allons porter le combat pour la criminalisation du viol»

«La criminalisation du viol serait la solution pour stopper la spirale de violences que subissent les femmes et les jeunes filles au Sénégal. Je suis là en tant que mère de famille, en tant que sœur, en tant que femme et aussi en ma qualité de parlementaire. Je suis une élue du peuple. Et aujourd’hui, nous femmes parlementaires, nous nous engageons à porter le combat pour la criminalisation du viol. La présence des femmes parlementaires ici est importante dans la mesure où c’est nous qui votons les lois».

( Toutinfo.net )




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.