ELUCIDATION RAPIDE DU MEURTRE DE BINETA CAMARA: A la découverte de la police Scientifique

Depuis qu’elle a été mise sur pied, la Division de la Police techniqueet scientifique (Dpts) de la Direction de la Police judicaire , qui abat un travail minutieux, sous-terrain, a permis aux enquêteurs de résoudre beaucoup affaires nébuleuses. La dernière en date est celle du meurtre de Binta Diallo dans laquelle les traces de sang sur lavictime ont mis les limiers sur une bonne piste. Les résultats des experts, dotés de logistiques dernier cri sous le magistère du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye ont aussi permis d’éclairer la lanterne des enquêteurs dans les dossiers du déficient mental qui tuait ses « pairs » et écrasait les chats pour les manger crus, du fils qui a décapité son père avant de le jeter dans un puits, du meurtre du gardien de l’école Mboutou Sow, des deux victimes tuées dans le cadre des échauffourées préélectorales à Matam, etc. Immixtion dans un domaine pointilleux, où le moindre détail compte.


Rassembler les pièces du puzzle et élucider certaines affaires de meurtre, cambriolage, séquestration, viol, se révèlent parfois être une mission compliquée pour des enquêteurs, même lorsqu’ils sont rompus à la tâche. Le plus petit détail sur les lieux du crime compte et la Police technique et scientifique joue un rôle majeur dans les investigations. Dans le dossier de la pauvre Bineta Camara étranglée avec son foulard dans la chambre de ses parents dans la nuit du samedi 18 Mai 2019 , la Dpts a joué un rôle déterminant.

MEURTRES DE BINETA CAMARA, DES FOUS DE TAMBA, CAMBRIOLAGES, VIOLS…Ces prouesses de la police scientifique

«L’intervention des éléments de la Police Technique et Scientifique (Pts) de Kaolack qui ont effectué des prélèvements sur la scène de crime et relevé tout indice susceptible de concourir à la manifestation de la vérité, a été déterminante dans l’enquête» a soutenu  le Bureau des relations publiques de la Police nationale, dans un communiqué rendu public le mardi 21 Mai 2019. Des sources ont révélé dans cette tentative de viol suivi de meurtre, qu’il y avait des traces de sang et de sperme du suspect Pape Alioune Fall sur les habits de la victime. Bien avant cette triste affaire, en mars 2014 , un maniaque sanguinaire qui semait la terreur à Tamba, avait tué 9 déficients mentaux qui trainaient dans les rues avant d’être alpagué, grâce à la Dpts. L’analyse des traces de pas du suspect Alassane Diallo alias Diallo a permis aux fins limiers de la Division des investigations criminelles (Dic) de lui passer les menottes, entre autres éléments du dossier. Le mis en cause, un ancien militaire, devenu fou,  était habitué à la vue du sang puisqu’il tuait à coup de briques et mangeait crus des chiens et des chats. Des prélèvements ont été faits sur les pierres ayant manifestement servi à fracasser les cranes. A ces faits macabres, il faut ajouter un autre qui a eu lieu à Tivaouane, précisément à Keur Assane où Gora Seck est soupçonné d’avoir décapité son père Assane Seck, qui était âgé de 71 ans, avant de jeter sa tête dans un puits. Lorsque son épouse l’a interrogé au sujet des traces de sang sur son boubou, il a répondu calmement, comme si de rien n’était, qu’il venait de tuer un reptile. En se défendant, son père, l’avait blessé au doigt. Il n’en fallait pas plus à la Dpts pour tenir  le bout… Le 10 Janvier 2019, Oumar Sy, un vigile de l’école privée Mboutou Sow a été tué par des cambrioleurs qui ont fait irruption sur les lieux vers 04 du matin, défoncé la porte, détruit des documents, mis le bureau sens dessus-dessous avant d’emporter 500.000 Fcfa qui étaient dans le coffre-fort. Quelques jours après leur forfait, A S dit El hadji, commanditaire et fils du deuxième gardien B C ont été arrêtés avec l’apport de la Dpts notamment le commissaire Moulaye Dicko et le lieutenant Cheikh S Diallo.  La Division a aussi dépêché à Tambacounda en janvier 2018, lors des tristes affrontements entre militants du Pur et ceux de l’Apr qui ont débouché sur deux cas de morts. Là encore, la Dpts a été d’un grand apport dans le dénouement du dossier. 

MISSIONS ET COMPETENCES DE LA DPTS

Dans son adresse à la nation du 03 avril 2018, le chef de l’Etat Macky Sall s’était engagé à doter de moyens consistants la Police Technique et Scientifique. Promesse tenue, un lot important dematériels techniques d’exploitation de scènes d’infraction a été mis à la disposition de la Divisionqui n’a rien à envier aux experts des autres pays. La Division de la Police Technique et Scientifique(Dpts) a été créée par arrêté n°450 du Ministre de l’Intérieur en 1971 sous l’appellation premièrede Bureau de l’Identité Judiciaire(Bij). Elle est devenue Divisionpar arrêté 9390/MINT/CAB-5 du 27 août 1990. Elle est sous la tutelle de la Direction de la Police Judiciaire dirigée par le contrôleur général Seydou Bocar Yague. Elle a des compétences dans l’exploitation des scènes d’infraction de toutes sortes (Cambriolage,homicide, attentats …), l’identification complète des individus (découverte de corps sans vied’inconnus, amnésiques…), la reconstitution de scènes d’infraction, la signalisation des délinquants, la contribution aux opérations d’autopsie, la collecte et l’exploitation des procès-verbaux d’enquête de police et autres informations criminelles, latenue du fichier central de l’identité judiciaire, le traitement des demandes de renseignements des services d’application de la loi sur l’étendue du territoire national, la réponse aux requêtes internationales d’institutions policière ou de justice dans le cadre de la recherche criminelle ou dans l’intérêt de famille par canal d’Interpol, l’assistance aux institutions internationales et diplomatiques dans le cadre d’informations de police par le canal du ministère des Affaires Etrangères, la formation des unités d’application de la loi, en matière de Pts. La Dpts est actuellement dirigé par le Commissaire Babacar Simal. La Dpts est dotée de trois sections. La section Centrale de l’Identité Judiciaire chargée d’effectuer toutes les opérations de terrain et des analyses diverses des traces et indices retirés des scènes d’infraction; la Section de la Documentation et de la Diffusion chargée de la gestion du Fichier criminel national et des informations de police; la Section du Laboratoire de Police Technique et Scientifique effectue les analyses criminalistiques (avec ses différentes spécialités: Laboratoire National d’Analyse des Drogues, Laboratoire de Photographie judiciaire – La boratoire de l’Identité Judicaire, de trajectographie, …). Elle dispose aussi de trois antennes régionales fonctionnelles qui polarisent les régions environnantes en matière de Pts, à Saint-Louis, Kaolack et Ziguinchor. La mise en place d’antennes régionales à Tambacounda et Diourbel est inscrite dans les perspectives.

( Hadja Diaw GAYE avec Toutinfo.net )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.